Cicatrices

Qu’elles soient anciennes ou récentes, chirurgicales ou accidentelles, les cicatrices sont, pour beaucoup, le reflet de moments douloureux, ce qui les rend d’autant plus difficiles à assumer au quotidien. Votre kinésithérapeute peut vous aider à améliorer leur aspect, notamment grâce au Cellu M6.

Généralités

Une cicatrice correspond à une réparation des tissus, endommagés à la suite d’un traumatisme musculaire, articulaire, d’une chirurgie, d’une fracture ou d’une brulure.

Ces tissus fibreux sont peu élastiques et créent des adhérences en réponse au traumatisme tissulaire. Très fréquemment, la cicatrice gêne la rééducation parce qu’elle provoque un blocage circulatoire (œdème) ou un blocage mécanique (limitation articulaire) dû aux adhérences. Il est donc nécessaire de mobiliser la cicatrice très rapidement afin de limiter les adhérences, de drainer les alentours et de maximiser les échanges ainsi que la trophicité tissulaire.

Les cicatrices sont classifiées selon leur apparence :

  • Normale : fine, sans relief, indolore et de couleur légèrement rouge
  • Hyper inflammatoire : rouge, douloureuse, élargie et légèrement tuméfiée
  • Hypertrophique : épaissie, rouge et boursoufflée
  • Chéloïde : cicatrice hypertrophie de plus de 1 an, due à une prolifération excessive du collagène et donc une extension incontrôlée du bourgeon.

D’un point de vue esthétique et psychologique, la cicatrice n’est pas toujours acceptée et peut entrainer des troubles d’estime de soi. De plus, au-delà de leur aspect inesthétique, les cicatrices peuvent, en cas de mauvaise cicatrisation, rester sensibles et engendrer des troubles fonctionnels, limitant par exemple l’amplitude d’une articulation, d’où la nécessité de se tourner vers un kinésithérapeute pour rééduquer les tissus traumatisés.

Indications

Les processus de cicatrisation gagnent souvent à être accompagnés d’un travail kinésithérapique. En effet, les indications de la kinésithérapie des cicatrices sont nombreuses : cicatrices d’exérèses chirurgicales, de tumorectomie, de curage ganglionnaire, de chirurgie réparatrice (greffes, lambeaux), en cas de peau irradiée ou encore suite à un cancer du sein, de la sphère oro-maxillo-faciale, de la peau, des os…

Déroulement

Les techniques de kinésithérapie ont toutes pour objectif commun d’atténuer les cicatrices. Elles sont efficaces à condition d’être parfaitement adaptées au type de cicatrice auquel on doit faire face. De ce fait, la connaissance de la physiologie mais aussi de la pathologie de la cicatrisation permet aux kinésithérapeutes de poser l’indication de certaines techniques et d’en contre-indiquer d’autres.

La massothérapie

Votre thérapeute peut vous aider à diminuer les inconforts liés à une intervention par exemple grâce à différentes techniques visant à drainer l’œdème (causant l’enflure), diminuer les adhérences (sensation de tiraillement, raideur) et améliorer la souplesse de la peau (cicatrice plus pâle et souple) :

  • Le drainage lymphatique manuel
  • Le palper-rouler
  • Des techniques de relâchement myofascial, comme le massage des tissus profonds ou la fasciathérapie
  • L’application d’une pression douce et progressive avec les doigts.

L’endermologie

A l’origine, l’endermologie a été développée pour traiter les cicatrices, les brûlures et les tissus musculaires endommagés. Cette technique, conçue et brevetée par la société française LPG Systems, consiste à utiliser deux rouleaux motorisés indépendants pour simuler un massage en palper rouler. Pour plus d’efficacité, une aspiration est réalisée durant la séance et permet aux rouleaux de malaxer la peau en profondeur.

Pour pratiquer cette méthode, LPG Systems a créé le Cellu M6, un dispositif médical utilisable uniquement par des professionnels ayant suivi une formation. Par la mobilisation qu’il procure au tissu conjonctif, le Cellu M6 favorise la régression de la fibrose, y compris sur les zones difficiles d’accès.

En cas de cicatrices hypertrophiques, l’effet drainant de la technique permet de redonner aux tissus lésés une trophicité nécessaire à la bonne circulation. Ce traitement permet une prise en charge précoce et indolore des tissus, sans pincement ni traction incontrôlée.

Résultats

Le travail kinésithérapique sur les cicatrices et les tissus permettra d’obtenir le résultat le plus fonctionnel et esthétique possible, et évitera l’installation de complications au niveau tissulaire.

Votre cicatrice vous semblera plus discrète, moins rouge et moins épaisse. Vous constaterez également une amélioration de l’élasticité cutanée, un décollement des adhérences, une libération des amplitudes articulaires, une sédation des éventuelles douleurs, une réduction de l’état inflammatoire, ainsi qu’une amélioration de la circulation sanguine et lymphatique. A noter que l’action de vascularisation et de défibrosage du Cellu M6 vient à bout des cicatrices les plus anciennes et redonne souplesse et mobilité aux tissus.

Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading...

Commentaires

Laissez un commentaire et les praticiens de l'Institut de Kinésithérapie vous répondront au plus vite