Luxation congénitale des hanches

La luxation congénitale de la hanche (LCH) est une anomalie de l’articulation de la hanche qui touche les enfants à la naissance. Si elle n’est pas traitée, elle entraine une boiterie lors de la marche. Son traitement, le plus souvent orthopédique suivi d’une rééducation de kinésithérapie, est efficace à condition qu’il soit réalisé très tôt.

Généralités

La luxation congénitale de la hanche est un défaut d’emboîtement entre les deux éléments qui composent l’articulation de la hanche : la tête du fémur et la cavité de l’os du bassin qui la reçoit, appelée le cotyle. Dans une hanche normale, la tête est en place dans la cavité. En cas de luxation, elle est située hors du cotyle.

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une anomalie présente à la naissance. Plusieurs facteurs de risque favorisent son apparition : les antécédents familiaux, la posture en « siège » durant la grossesse, ou encore des contraintes majeures exercées par l’utérus de la mère sur le fœtus en fin de grossesse.

Indications

Il est nécessaire de traiter une luxation congénitale de la hanche dès sa détection. En effet, si elle n’est pas détectée et traitée précocement, elle se traduira par une boiterie à l’âge de la marche. Le traitement est le plus souvent orthopédique, suivi de séances de rééducation chez le kinésithérapeute.

Déroulement

Examen clinique

Le dépistage clinique de la LCH fait partie de l’examen obligatoire du nouveau-né. Il doit être réalisé à chaque examen jusqu’à l’âge de la marche, car son résultat peut varier dans le temps.

Le pédiatre qui examine un nouveau-né ou un nourrisson recherche toujours de façon systématique l'existence d'une hanche luxable. Pour cela, il utilise diverses manœuvres pour découvrir d’éventuels signes de luxation ou un craquement douteux :

  • Signe de raccourcissement de la cuisse
  • Asymétrie des plis cutanés
  • Limitation de l’abduction ou asymétrie
  • Manœuvre de provocation de la luxation (manœuvre de Barlow)
  • Manœuvre de réduction d’une hanche luxée (manœuvre d’Ortolani)
  • Éléments du syndrome postural : torticolis congénital, déformation posturale des pieds…

Bilan imagerie

Pour compléter les examens, et en cas de doute, l’échographie des hanches s'est généralisée et peut être effectuée dès l'âge de 2 mois. Elle permet de faire le diagnostic de hanche luxable sans irradier le nourrisson. Une coupe coronale dynamique avec mesure du fond cotyloïdien est à privilégier. La coupe de référence, réalisée avec une sonde de haute fréquence, est la coupe coronale externe, monocoupe dynamique réalisée en décubitus dorsal, hanche fléchie en adduction. L’épaisseur du fond cotyloïdien, témoin du centrage normal de l’épiphyse fémorale, est mesurée entre le bord médial de l’épiphyse et le noyau osseux du pubis.

L'examen radiologique est pratiqué pour confirmer une image échographique anormale vers 4 mois.

Traitement

Une fois le diagnostic confirmé, le but est de remettre la tête du fémur dans le cotyle et qu’elle y reste de façon définitive. Pour cela le traitement se décompose en plusieurs phases :

  • La réduction : par la technique de traction, qui permet de positionner correctement et progressivement la tête du fémur dans le cotyle.
  • La stabilisation : il faut stabiliser la hanche réduite de façon à ce que le système de capsule articulaire se remette en tension et maintienne la tête du fémur en bonne position.

Du 1er au 6ème mois, on utilisera un lange Câlin, une culotte d’abduction ou encore un harnais de Pavlik. Du 6ème au 12ème mois, ou après échec du harnais, il faut passer à des méthodes plus lourdes qui nécessitent une hospitalisation en milieu orthopédique pédiatrique pour permettre de faire descendre la tête du fémur en face du cotyle puis de la positionner au fond du bassin pour que celui-ci se creuse progressivement et que la poche capsulaire de luxation disparaisse (traction de Somerville-Petit, plâtre dorso-pelvi-pédieux, attelles à hanche libre de Pierre Petit).

Dans les cas graves de luxation de hanche dépistés tard, le traitement chirurgical s'impose. Il est suivi du port d'un plâtre encastrant la taille de l'enfant et descendant jusqu'aux orteils pendant plusieurs mois avec tous les problèmes que cela suppose tant psychologiques que locomoteurs et hygiéniques.

Dans tous les cas, votre bébé nécessitera un suivi et la kinésithérapie pédiatrique permet d’augmenter la flexibilité et la stabilité de l’articulation ainsi que de diminuer la douleur. En effet, les séances de rééducation offrent la possibilité de renforcer les articulations, d’augmenter l’amplitude de mouvements ou, pour les enfants plus grands, d’aider à la marche et à la position debout (travail global des membres inférieurs, coordination, reprogrammation neuro musculaire (RNM), stabilité bipodale, conseils aux parents…).

Résultats

Le traitement orthopédique et la kinésithérapie favoriseront la récupération spontanée suite à une luxation congénitale de la hanche. Vos enfants pourront progressivement récupérer leurs amplitudes articulaires et, pour les plus âgés, reprendre progressivement la marche.

Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars


7 votes
Moyennes : 4,00 sur 5
Loading...

Commentaires

Laissez un commentaire et les praticiens de l'Institut de Kinésithérapie vous répondront au plus vite