Pied bot varus équin

Le pied bot varus équin est une déformation du pied qui touche environ 1 enfant sur 1000 lors de la naissance. Cette malformation congénitale nécessite, dans la majorité des cas, un traitement fonctionnel avec une rééducation de kinésithérapie qui doit débuter, au plus tard, dans les jours qui suivent la naissance.

Généralités

Le pied bot varus équin est une déformation congénitale où il existe 3 défauts : l’équin tibio-talien, l’adduction sous-talienne et l’adduction médio-tarsienne. Cette pathologie entraîne d’impressionnantes déformations du pied, mais pour autant peu de douleurs chez le nouveau-né.
Cette déformation est généralement due à une malposition intra-utérine du fœtus. Le pied a été coincé entre les fesses du fœtus et la paroi utérine dans une attitude anormale d’extension et s’est mal développé. L’affection est le plus souvent isolée mais peut parfois entrer dans le cadre de syndromes polymalformatifs ou de troubles neuro-musculaires.
Un traitement par kinésithérapie vise à corriger les défauts de cette malformation dans les interlignes articulaires concernés et sans créer d’autres défauts.

Indications

Il est nécessaire de consulter un kinésithérapeute dès que le diagnostic est posé. En effet, durant les deux premiers mois, les pieds des nourrissons sont encore très malléables, ce qui améliore le taux de réussite.

Déroulement

Diagnostic

Si l’anomalie est parfois détectée lors des échographies pendant la grossesse, elle n’est véritablement visible qu’à la naissance. L’examen clinique permet alors d’évaluer la sévérité du pied bot et d’éliminer d’autres malformations associées.

Une radiographie des pieds n’est pas nécessaire pour confirmer le diagnostic, toutefois, elle peut être demandée en complément en cas de suspicion d’une luxation de la hanche ou d’une anomalie osseuse. En outre, un examen physique complet est effectué pour éliminer la présence éventuelle d’autres maladies spinales ou musculaires.

Traitement orthopédique et kinésithérapie

L’avenir de l’enfant dépend du premier traitement. Celui-ci doit donc être précoce et débuté dès la sortie de la maternité. Le traitement initial peut être de deux types, soit par plâtres (méthode de Ponseti), soit par attelle (méthode fonctionnelle).

  • Méthode de Ponseti (orthopédique)

La méthode Ponseti (technique des plâtres successifs) nécessite une mise en œuvre précise. Votre enfant sera délicatement mobilisé par la kinésithérapeute avant que le plâtre s’étendant de la racine de la cuisse au bout des orteils ne lui soit appliqué. Ce dernier doit être remplacé en consultation chaque semaine durant 1 mois et demi pour apporter une nouvelle correction de la malformation (nécessité de poser 5 à 6 plâtres).

Lors de l’avant dernier plâtre, il est parfois nécessaire d’allonger le tendon d’Achille. Ceci peut se faire en consultation, sans anesthésie générale, seulement sous anesthésie locale. Si ce geste est nécessaire, il sera suivi d’une immobilisation plâtrée de 3 semaines.

Après les plâtres, le traitement se poursuit pendant plusieurs mois par le port d’une attelle dite de Dennys Brown. Celle-ci comprend deux petits chaussons et une barre qui les relie. Ainsi, lorsque l’enfant bouge les pieds, il les place automatiquement dans une position corrigée. Cette attelle doit être portée en permanence au départ (jour et nuit) et ôtée uniquement pour prendre le bain et lors des séances de manipulation par le kinésithérapeute 5 fois par semaine.

A partir du 6ème mois, elle sera portée uniquement la nuit et pour la sieste puis uniquement la nuit à partir de l’âge de la marche et ce jusqu’à sa 4ème année, à noter que la durée du port de l’attelle peut varier en fonction du pied et de sa tendance à la récidive.

  • Méthode fonctionnelle

La méthode fonctionnelle (ou « French method ») consiste en des séances quotidiennes de kinésithérapie afin de redresser le pied progressivement et manuellement dès la naissance. Elle associe des manipulations quotidiennes passives et actives à une immobilisation par bandages adhésifs et plaquettes. Entre les séances de manipulation, le pied est fixé méticuleusement sur une plaquette par un système de bandes adhésives et maintenu dans des attelles cruro-pédieuses.

Cette méthode est un traitement délicat et plus contraignant car quotidien. Il nécessite en outre impérativement l’intervention d’un kinésithérapeute confirmé et formé à la mobilisation des pieds bots varus equin.

Traitement chirurgical
En cas d’échec du traitement par plâtre et si les anomalies osseuses persistent, il pourra être nécessaire d’effectuer une opération chirurgicale.

Résultats

Si le traitement du pied bot est démarré à temps, la plupart des enfants pourront bénéficier d’une vie active normale. En effet, l’objectif du traitement est de rendre le pied bot fonctionnel, non douloureux et stable, en particulier pour la marche.
La cause exacte d’un pied bot étant toujours inconnue, il n’existe aucune mesure préventive particulière. Cependant, on recommande une surveillance régulière de l’enfant jusqu’à ce qu’il ait atteint l’âge adulte.

Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars


6 votes
Moyennes : 3,83 sur 5
Loading...

Commentaires

Laissez un commentaire et les praticiens de l'Institut de Kinésithérapie vous répondront au plus vite