Kinésithérapie de la danse

La danse est un sport où l’ensemble du corps est soumis à de fortes tensions. Le kinésithérapeute du sport permet de prévenir et de traiter ces blessures pour permettre aux danseurs d’exercer en toute sécurité.

Généralités

La danse est à la fois un art et un sport, une forme d’expression qui requiert la maîtrise du mouvement de son corps.

Les performances des danseurs, tout comme d’autres sportifs, dépendent de la force et de l’endurance musculaire, de l’utilisation d’énergie anaérobie et aérobie, de la vitesse, de l’agilité, de la coordination, du contrôle moteur et de la préparation psychologique.

La kinésithérapie et la danse ont en commun la recherche du mouvement. L’une restaure une incapacité de mouvement, l’autre atteint une capacité de mouvement élargie. Il y a donc une étroite corrélation entre les deux disciplines. Les blessures dans ce domaine sont fréquentes, et la prévention des blessures est préférable à leur prise en charge.

Les blessures courantes de la danse

Les blessures sont vécues par les danseurs comme un événement naturel et plusieurs facteurs contribuent à leur apparition : entraînement inadéquat (manque d’échauffement), technique incorrecte (hyperpronation du pied, mauvaise rotation latérale de hanche…), environnement dangereux (sol trop glissant, trop dur…), déformation structurale du pied, déséquilibre biomécanique…

Une étude suédoise, basée sur les principales blessures dont souffrent les danseurs, a suivi la troupe du Royal Swedish Opera House durant 5 ans et les résultats ont prouvé que pour 1 000 heures d’activité, il y a 62% de risques qu’un danseur se blesse, dont 75% au niveau des membres inférieurs, en particulier au genou et à la cheville. Cependant, certains styles de danse peuvent entraîner des blessures au niveau des membres supérieurs du fait de déplacements proches du sol ou du porté d’un partenaire.

En outre, certains subtilités techniques (position des pieds selon un angle de 180°) impliquent de la part des danseurs de forcer sur les amplitudes afin d’obtenir le meilleur alignement possible, ce qui peut entraîner des douleurs lombaires par exemple.

Il s’agit généralement de blessures d’apparition progressive dues à la répétition, mais des blessures traumatiques comme les entorses et les élongations musculaires sont également fréquemment rencontrées.

Les techniques de kinésithérapie appliquées à la danse

Contrairement à la plupart des athlètes qui se livrent à des séances d’entraînement quotidiennes de courte durée, les danseurs peuvent participer régulièrement à des cours techniques pendant plus d’une journée, suivis par des répétitions acharnées. De plus, il apparaît qu’ils présentent un seuil de la douleur plus élevé et une plus grande tolérance à celle-ci, la douleur étant considérée par les danseurs comme un facteur normal dans la pratique de leur activité.

La prévention par l’entraînement physique

Différentes techniques de prévention peuvent être utilisées chez le danseur pour diminuer le risque de blessure. Elles résident notamment dans l’échauffement et dans l’entraînement (incluant la force musculaire, la puissance, l’endurance, la pliométrie, l’agilité, l’équilibre, la stabilité articulaire et les techniques de danse spécifiques).

La nutrition

Une nutrition sous-optimale a été corrélée avec les blessures chez les danseurs. Les danseurs de ballet notamment doivent exercer un réel contrôle sur leur physique, en particulier par le suivi de pratiques alimentaires strictes du fait des exigences esthétiques de leur danse. L’aspect esthétique est parfois même un facteur de pression pour garder sa place au sein d’une compagnie.

C’est le rôle du professionnel de santé, et notamment du kinésithérapeute, de lui apporter des conseils dans le domaine nutritionnel.

Le repos

Sur le même schéma, il a été montré qu’un repos insuffisant chez les danseurs était un facteur contributif des blessures. Ils doivent ainsi être encouragés à planifier des périodes de repos pour leur bien-être physique et émotionnel.

Le chaussage

Selon les genres, les danseurs peuvent être pieds nus ou porter des chaussures spécifiques. Malgré l’existence de systèmes amortisseurs, les danseurs préfèrent souvent s’en passer car le feedback qu’ils ont avec le sol est essentiel dans le succès de leur danse.

Les pointes sont notamment reconnues pour être une source importante de blessure et de douleur. C’est pourquoi il est d’autant plus important, lors de la prise en charge d’un danseur, de travailler avec son chaussage habituel afin de reproduire ses conditions usuelles d’activité.

Les dispositifs orthopédiques

Contrairement aux sports traditionnels, dans lesquels l’équipement de protection et les dispositifs médicaux sont ancrés dans la pratique, la danse fait figure d’exception. En effet, certaines raisons pratiques limitent malheureusement l’utilisation d’orthèses de maintien et de bandages par exemple, qui ne peuvent pas être dissimulés par des chaussettes ou des chaussures. De plus, ces dispositifs sont moins bien acceptés dans les milieux artistiques que dans le sport.

Au niveau de la cheville, les chevillières et les bandes limitent quant à elles de manière trop importante la flexion plantaire (pointe) imposée par la discipline. Ces options sont souvent écartées.

Les orthèses plantaires, elles, sont utilisées dans tous les types de danse. Les talonnettes inversées ou les coussinets sont par exemple utiles pour de nombreux danseurs avec des pieds plats ou creux. La danse moderne effectuée pieds nus, n’offre pas de chaussons où loger une semelle. Un quelconque ajout sur le pied nuirait à la qualité du contact avec le sol.

Cela impose de mettre l’accent sur les modalités de prévention et de réadaptation tels que l’exercice et les thérapies manuelles.

Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars


6 votes
Moyennes : 4,33 sur 5
Loading...

Commentaires

Laissez un commentaire et les praticiens de l'Institut de Kinésithérapie vous répondront au plus vite