Kinésithérapie du tennis

Le tennis est un sport individuel exigeant physiquement, aussi bien pour les amateurs que pour les athlètes de haut niveau. Un suivi médical et kinésithérapique est donc très important pour durer dans cette discipline et améliorer ses performances.

Généralités

Activité pouvant être pratiquée à tout âge, le tennis est un sport exigeant, du fait qu’il sollicite les efforts de plusieurs muscles et articulations : dos, épaules, poignets, jambes, fessiers, bras, coude, colonne vertébrale…

La discipline nécessite souvent l’implication de plusieurs personnes autour du joueur : le coach, l’entraîneur, le préparateur physique, mais aussi le kinésithérapeute. Membre à part entière du staff du joueur professionnel, le kinésithérapeute est primordial dans sa vie.

Pratiqué intensément, ce sport est associé à beaucoup de lésions et blessures. La kinésithérapie ici, joue un rôle plus qu’indispensable, à titre préventif ou en post-opératoire lors de lésions traumatiques.

Les blessures courantes du tennis

Le tennis peut entraîner des blessures spécifiques à son activité : entorses de cheville, ligaments du genou en souffrance, déchirures, élongations, tennis elbow (pathologie courante), ampoules… ainsi que les pathologies musculaires associées : articulations de la cheville, du genou, de l’épaule, du poignet.

Ces régions de l’organismes sont soumises à de fortes contraintes occasionnées par les rebonds de la balle, la répétition du nombre de frappes au cours d’un match, la durée d’un match, et les différents rebonds que peut faire la balle sur le court.

Parallèlement à ça, le tennis est, par définition, un sport asymétrique, entraînant donc une déformation du corps due à une hyper sollicitation d’un côté qui entraîne des usures prématurées.

Les techniques de kinésithérapie appliquées au tennis

Le kinésithérapeute intervient aussi bien au niveau préventif, lors des préparations (conduite et surveillance des échauffements pour les sportifs de haut niveau) et des récupérations. Il a également un rôle essentiel dans le suivi nutritionnel et hydrique de son patient et, bien sûr, en post traumatique (en cas de blessure).

Le massage, essentiel dans la prévention

A travers le massage, le travail du kinésithérapeute est de remettre en forme le tennisman mais aussi de prévenir les difficultés (diminution des amplitudes articulaires, raideurs, perte de souplesse, de masse musculaire, disharmonie droite/gauche). Il s’agit d’un travail de prise de conscience, de correction et d’intégration tout aussi fondamental dans la prévention que la réparation. Il permet de retrouver une élasticité du muscle et un meilleur drainage de toutes les toxines musculaires.

Préparation physique

Le suivi préventif chez un joueur de tennis est primordial. Ici, le kinésithérapeute doit lui offrir des conseils d’étirements et de préparation d’avant match. Il peut également procéder à divers exercices :

  • Stretching postural pour mettre en éveil et assouplir doucement les différents groupes musculaires, et de stimuler les différents capteurs articulaires et musculaires
  • Rodage articulaire
  • Contrôle des gestes du joueur durant son entraînement, de ses déplacements…
  • Séances de musculation, gainage, travail spécifique proprioceptif.

Soins de récupération post match ou post entraînement

Au cours d’une séance de récupération, le kiné peut associer des bains froids avec de l’électrothérapie à visée antalgique, des massages, des étirements, de la méditation, de la relaxation, ainsi qu’un travail sur l’image du corps.

Suivi nutritionnel

Le kinésithérapeute a également un rôle de conseil sur l’alimentation lorsqu’il est sollicité sur ce sujet et peut limiter la consommation de certains aliments. Son rôle est de guider le sportif sur ce qu’il doit apporter à son corps avant et pendant le match.

Rôle en post traumatique

En cas d’accident, le kiné du sport sait réagir instantanément. Si le spray glacé est intéressant pour traiter la douleur à court terme, il est inefficace lorsque l’hématome est trop important. Il faut alors sortir du terrain, placer une poche de glace sur la zone en souffrance et laisser le froid pénétrer. En cas de claquage, on propose du repos associé à un travail de contraction statique pour drainer les hématomes et remettre les fibres musculaires dans la fonction.

Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars


2 votes
Moyennes : 5,00 sur 5
Loading...

Commentaires

Laissez un commentaire et les praticiens de l'Institut de Kinésithérapie vous répondront au plus vite