Fracture du sacrum

Les fractures du sacrum surviennent dans un contexte sportif (fracture de fatigue) ou lors de gros traumatismes de la voie publique. Elles sont souvent banales mais parfois on a des lésions neurologiques associées. Le traitement est soit orthopédique, soit chirurgical. La récupération s’étale sur 4 mois.

Anatomie

Le sacrum est un os qui appartient à la colonne vertébrale et qui est articulé en haut avec le dernier disque intervertébral L5/S1, la 5ème et dernière vertèbre lombaire L5, et les deux os coxaux.
On décrit la jonction lombo-sacrée et les deux articulation sacro-iliaques.
La sacrum est aussi articulé en bas avec les vertèbres coccygiennes soudées qui forment le coccyx.
Le sacrum est un ensemble de 5 vertèbres qui ont fusionnées. C’est un os impair et symétrique. Il existe souvent des variables anatomiques correspondant à des anomalies transitionnelles: sacralisation de L5, lombalisation de S1, hémisacralisation.
La face antérieure regarde dans le petit bassin et la face postérieure offre un relief irrégulier qui correspond aux nombreux muscles et ligaments qui s’insèrent sur lui.

Examen Clinique

Le malade se présente soit dans un contexte d’urgence et sous état de choc suite à un traumatisme violent du bassin et dans ce cas il pourra être retrouvé des lésions du sacrum en complément des autres lésions. (lien vers le chapitre des traumatismes du bassin).

S’il s’agit d’une fracture simple alors elles sont souvent banales et elles consolident bien avec le traitement instauré.

Le malade décrit des douleurs de la région lombaire, dans la région fessière, dans l’aisne parfois irradiant dans la cuisse.
La palpation du sacrum permet parfois de retrouver des douleurs exquises à la pression.

Bilan Imagerie

La radiographie standard et le scanner permettent de faire le diagnostic. L’iRM est de plus en plus utilisée notamment dans le contexte sportif où l’on rencontre des fractures de fatigue du sacrum chez les coureurs à pied.

Traitements

La prise en charge est avant tout médicale avec le choix d’un traitement orthopédique ou chirurgical en fonction de trait de fracture et de sa stabilité.
Ces fractures sont souvent transversales, à travers les trous sacrés. Ces fractures devront être ostéosynthésées. On retrouve parfois associées des lésions neurologiques de la queue de cheval.

La kinésithérapie n’est pas obligatoire mais si elle est prescrite les objectifs du traitement seront :

  • lutter contre les douleurs persistantes
  • rééducation fonctionnelle du rachis lombaire et des hanches avec restauration des amplitudes articulaires, récupération de la force et de l’endurance des muscles
  • travail proprioceptif lombaire avec apprentissage des mouvements du bassin
  • reprise de la vie quotidienne et de l’activité sportive ou de loisir

Les techniques utilisées :

  • massages à visée décontracturante de l’ensemble des muscles du bassin, de la cuisse et du dos
  • massages à visée proprioceptive du rachis lombaire et du bassin
  • exercices de mobilisations et d’auto-mobilisations du rachis, du bassin et des coxo-fémorales
  • apprentissage d’exercices dans le but de renforcer les muscles de la paroi abdominale et lombaire
  • travail de gainage, renforcement musculaire
  • étirements des muscles poly-articulaires des membres inférieurs (psoas-iliaque, droit fémoral, quadriceps, ischios-jambiers, adducteurs, carré des lombes)
Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars


2 votes
Moyennes : 4,50 sur 5
Loading...

Commentaires

Laissez un commentaire et les praticiens de l'Institut de Kinésithérapie vous répondront au plus vite