Fracture du fémur

Les fractures de fémur concernent la diaphyse du fémur logée au milieu des masses musculaires de la cuisse. Les lésions des parties molles sont très fréquentes et entraînent des complications immédiates. La prise en charge est chirurgicale puis la kinésithérapie s’étendra sur 6 mois pour retrouver une vie normale.

Anatomie

La diaphyse du fémur est la plus longue de l’appareil locomoteur.
Elle est triangulaire à la coupe. Le bord postérieur donne les insertions des muscles adducteurs.
Elle est légèrement convexe en avant.

Examen Clinique

Le malade se présente aux urgences et le diagnostic ne pose aucun problème. La cuisse est déformée avec une impotence fonctionnelle totale.

Bilan Imagerie

Le diagnostic est posé par les radiographies standards de face et de profil. L’étude des extrémités supérieures et inférieures permet d’éliminer des lésions associées.

Complications immédiates :

  • lésions cutanées avec la pénétration de l’os dans les parties molles adjacentes
  • morphologiques avec le raccourcissement du fût fémoral en cas de fracture complexe
  • lésions ligamentaires du genou associées
  • vasculaires: les fractures du fémur entrainent un hématome volumineux avec une perte sanguine importante
  • nerveuses: atteinte des nerfs de la cuisse par étirement ou compression

Traitements

Il est quasiment toujours chirurgical et plusieurs solutions sont envisageables :

  • enclouage centro-médullaire verrouillé
  • plaque vissée
  • fixateur externe en cas de fracture comminutive

Rééducation fonctionnelle :

La kinésithérapie est commencée dès le lendemain de l’intervention et elle dure de 3 à 6 mois.

Phases non consolidée : avant 3 mois :

Objectifs thérapeutiques :

  • apprentissage de l’autonomie du patient avec les cannes béquilles
  • apprentissage de la mise du bas de contention
  • apprendre à se lever seul avec l’aide des cannes
  • surveillance des signes précurseurs de phlébite
  • lutte contre les douleurs et les oedèmes post traumatiques et post chirurgie
  • prévention d’une attitude antalgique vicieuse
  • réveiller le quadriceps
  • lutte contre l’enraidissement articulaire
  • ne pas laisser les muscles se rétracter

Moyens thérapeutiques :

  • autonomiser le patient en lui apprenant la marche avec les aides de marche
  • apprendre à glacer la cuisse
  • massages à visée décontracturante de la cuisse et de la jambe
  • drainage lymphatique manuel
  • cryothérapie, physiothérapie antalgique
  • mise en position surélevée du membre inférieur au lit
  • massage du quadriceps et du genou pour éviter les raideurs et les adhérences
  • massage du triceps sural
  • mobilisation précoce et progressive de la hanche et du genou
  • mobilisations dans tous les sens de la patella
  • utilisateur d’un arthromoteur pour la mobilisation douce et prudente de la hanche et du genou
  • lutte contre la sidération du quadriceps
  • technique de renforcement statique du quadriceps et des ischios jambiers, des fessiers et des muscles abducteurs de la hanche
  • travail statique des muscles stabilisateurs du genou
  • verrouillage du genou dans la position d’extension maximale
  • pressothérapie pour relancer la circulation sanguine et améliorer la cicatrisation
  • travail fonctionnel : rééducation à la marche, équilibre sur les 2 pieds, apprentissage du transfert d’appui progressivement, monter et descente des escaliers

Objectifs thérapeutiques :

  • restauration des amplitudes totales de la hanche et du genou
  • remise en charge progressive sur 4 semaines
  • renforcement de l’ensemble des muscles du membre inférieur
  • travail fonctionnel pour restaurer les activité de la vie quotidienne et les activités sportives
  • travail proprioceptif en décharge, en charge partielle et en charge totale, sur plan stable puis instable
  • réentrainement global à l’effort

Moyens thérapeutiques :

  • massages de la cicatrice et de l’ensemble de la cuisse à visée proprioceptive et décontracturante
  • étirements des muscles poly articulaires de la cuisse: droit fémoral, ischios jambiers, gracile, TFL, sartorius
  • restauration totale des amplitudes articulaires et lutte contre les flexums de hanche et de genou
  • renforcement musculaire complet des muscles de la cuisse et de la jambe
  • travail spécifique sur le gain de force des muscles, puis le gain en endurance et en puissance.
  • proprioception en charge
  • réentrainement à l’effort et réathlétisation sur la presse, le vélo elliptique, le tapis de course, puis la poursuite sera effectuée par le préparateur physique.
Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars


1 votes
Moyennes : 5,00 sur 5
Loading...

Commentaires

Laissez un commentaire et les praticiens de l'Institut de Kinésithérapie vous répondront au plus vite