Fracture de Galeazzi

La fracture de Galeazzi associe une fracture diaphysaire du radius ou des deux os de l’avant bras (radius et ulna) à une luxation de l’articulation radio ulnaire distale. Le traitement est généralement chirurgical suivi d’une période plus ou moins longue de kinésithérapie.

Anatomie

L’avant-bras est composé de deux os : le radius et l’ulna, reliés entre eux par une membrane interosseuse. Ces derniers permettent les mouvements de pronosupination de l’avant-bras (supination et pronation). De plus, les muscles et les tendons de l’avant-bras se prolongent pour constituer une partie de la musculature de la main et du poignet. Ces prolongements confèrent à l’avant-bras les mouvements :

  • D’abduction et d’adduction du poignet, qui permettent donc respectivement d’écarter ou d’approcher le poignet du corps
  • De flexion et extension des doigts.

L’avant-bras est souvent le lieu de fractures. Résultant d’un choc direct ou indirect, et assez fréquente chez l’adulte comme l’enfant, la fracture de Galeazzi associe :

  • Une fracture du radius (en général situé sur le 1/3 distal du radius) qui peut être extra-articulaire ou comminutive avec trait de fracture touchant l’articulation radio-carpienne
  • Une luxation de l’articulation radio-ulnaire distale, le plus souvent dorsale, c’est-à-dire que l’extrémité proximale du fragment distal est dorsalement déplacée.

Il peut également coexister une fracture de l’apophyse styloïde.

Examen Clinique

Le diagnostic d’une fracture de Galeazzi est difficile. Le patient se présente avec une vive douleur, mais le risque est de méconnaître cette luxation et de ne traiter que le radius. Il faut donc, devant toute fracture isolée du radius, examiner systématiquement le poignet à la recherche d’une douleur siégeant sur la tête cubitale, de ses causes et demander un bilan imagerie.

Bilan Imagerie

Il est nécessaire de demander les clichés radiographiques qui développent toute la diaphyse, mais aussi des articulations sus et sous-jacentes, surtout en cas de fracture isolée d’une diaphyse, pour chercher une fracture sur l’extrémité de l’autre os.

Traitements

En cas de fracture déplacée, le traitement chez l’adulte repose très souvent sur une ostéosynthèse stable par une plaque vissée de compression dynamique associée ou non à un embrochage de la radio ulnaire distale. Une immobilisation par BABP en supination, pour 6 semaines, suit le traitement chirurgical avec une rééducation à l’ablation du plâtre et des radiographies de contrôle répétées.

En cas de fracture non déplacée, on plâtre le coude fléchi et le poignet en légère flexion dorsale et pronation intermédiaire durant 4 à 6 semaines, en fonction de l’âge du patient.

Il faut dans tous les cas prêter une attention particulière aux déplacements secondaires. De plus, l’immobilisation prolongée peut conduire à des rigidités irréversibles du coude.

Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading...

Commentaires

Laissez un commentaire et les praticiens de l'Institut de Kinésithérapie vous répondront au plus vite