Fracture des métacarpiens

Les fractures des métacarpiens sont parmi les plus fréquentes du membre supérieur. Guidé par la hantise de la raideur, un consensus sur deux grands types de traitement initial se dégage : la mobilisation protégée active immédiate, dans le cas de fractures pas ou peu déplacées et stables, et l’ostéosynthèse minutieuse dans le cas de fractures déplacées, comminutives et/ou instables. Dans tous les cas, la rééducation doit débuter immédiatement.

Anatomie

La main est un organe particulièrement sophistiqué. Son utilisation quasi constante l’expose à un risque important de fracture. Par définition, la fracture de la main survient sur l’un des 27 os qui composent la main (5 métatarses, 8 os du carpe et 14 phalanges).

Le métacarpe constitue la partie du squelette de la main au niveau de la paume. Il est composé de 5 os longs (les métatarses), qui s’articulent à l’arrière avec les os du carpe et à l’avant avec les phalanges, permettant la formation des doigts. A côté de cela, les os et les articulations du métacarpe sont stabilisés par des ligaments et des tendons. Ils permettent notamment les mouvements de flexion et d’extension des doigts ainsi que les mouvements d’adduction et d’abduction du pouce. De plus, la fonction essentielle de la main, et notamment du métacarpe, est la préhension, c’est-à-dire la capacité à saisir des objets.

La fracture des métacarpiens (en particulier le 5ème métacarpien) est le plus souvent consécutive à des chutes sur la main, avec le poing fermé. Elle est généralement post traumatique, mais peut aussi survenir sur un os porteur d’une lésion intra osseuse et entraînant une fragilité particulière.

Examen Clinique

Dans un premier temps, l’examen clinique permet d’identifier et d’évaluer les douleurs à la main perçues par le patient. Le métacarpe peut subir des chocs et des fractures, d’où l’importance de distinguer les fractures extra-articulaires des fractures articulaires atteignant l’articulation et nécessitant une évaluation approfondie des lésions.

Bilan Imagerie

L’examen clinique est souvent complété par une radiographie. Dans certains cas, une IRM, un scanner ou une arthrographie peuvent être réalisés pour évaluer et identifier les lésions. La scintigraphie ou encore l’ostéodensitométrie peuvent également être utilisées pour évaluer les pathologies osseuses.

Traitements

Les traitements des fractures de métacarpiens varient en fonction de la localisation et du type de fractures. Les traitements engagés (fonctionnels, orthopédiques ou chirurgicaux) ont pour but d’axer le doigt et de permettre une récupération de la mobilité rapide et intégrale.

Fractures du pouce

Les fractures articulaires de la base du premier métacarpien sont toujours chirurgicales, même lorsque le fragment détaché est de petite taille, car celui-ci correspond à la zone d’amarrage des ligaments stabilisateurs de l’articulation trapézo-métacarpienne (fracture de Bennett). Les autres localisations fracturaires sur le pouce se rapprochent du mode de prise en charge des doigts longs.

Fractures du 5ème métacarpien

Pour les fractures de la base, le mode de raisonnement est directement inspiré de celui retenu pour le pouce, avec une attitude très chirurgicale pour les petits arrachements osseux de la partie externe (radiale) de l’articulation, avec cette fois-ci un déplacement en subluxation postéro-interne de la base du métacarpien par la traction qu’exerce le tendon extenseur ulnaire du carpe.

En cas de déplacement, la réduction orthopédique est associée à une fixation chirurgicale par broche pour 30 jours, ce qui permet de mobiliser précocement les IPP (interphalangiennes proximales) et le poignet pour lutter contre l’enraidissement. La fixation du 5ème doigt au 4ème (syndactylie) permet de limiter les contraintes rotatoires.

Fractures des métacarpiens des doigts médians

Le 4ème métacarpien est un métacarpien mobile et peut tolérer un déplacement. En revanche, les 2ème et 3ème métacarpiens sont fixes ; ils ne peuvent pas par leur mobilité compenser un déplacement en flessum et ne tolèrent donc aucun déplacement. Déplacés, ils doivent être réduits et stabilisés chirurgicalement.

Traitement kinésithérapie

Que le traitement soit orthopédique ou chirurgical, le traitement rééducatif est similaire avec une mobilisation précoce. Les techniques de rééducation s’appuient sur la mobilisation protégée, la confection d’orthèses spécifiques, le recours éventuel au travail électroactif pour prévenir la formation d’adhérences des tendons extenseurs au dos de la main.

La rééducation des fractures des métacarpiens peut se diviser en 2 phases :

Phase 1 (J0 à J30) : récupération et entretien des amplitudes articulaires

Moyens :

  • Traitement de l’œdème par la méthode GREC
  • Massages
  • Mobilisations précoces
  • Vibrations mécaniques
  • Etirements des interosseux
  • Dépresso-massage de la cicatrice
  • Travail actif des interosseux et extenseurs
  • Travail actif fléchisseurs-extenseurs.

Phase 2 (après J30) : récupération de la fonctionnalité après consolidation

Moyens :

  • Exercices précédents
  • Travail actif contre résistance progressive des doigts
  • SEF (Stimulation Électrique Fonctionnelle) si adhérence et raideur
  • Travail de proprioception
  • Travail spécifique lié à la profession, le sport ou les loisirs
  • Ergothérapie
  • Attelle si besoin.

Prise en charge Sécurité Sociale

L’Assurance maladie prend généralement en charge les frais liés à une attelle et à une chirurgie. Il est toutefois conseillé de disposer d’une bonne mutuelle (ou d’être bénéficiaire de la CMU complémentaire). Les consultations annexes, comme celles liées à la rééducation, sont prises en charge en partie, à environ 60%.

Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading...

Commentaires

Laissez un commentaire et les praticiens de l'Institut de Kinésithérapie vous répondront au plus vite