Fracture du scaphoïde

C’est l’os qui se fracture le plus au poignet. Tout traumatisme au poignet est une fracture du scaphoïde jusqu’à preuve absolue du contraire. Une fois le diagnostic posé, le traitement est chirurgical et la rééducation fondamental pour retrouver une main fonctionnelle capable d’effectuer les gestes de la vie quotidienne et sportive.

Traitement des Fractures du scaphoïde | Institut de Kinésithérapie

Anatomie

Le scaphoïde est l’un des 8 os du carpe. Il fait partie de la colonne du pouce avec le 1er métacarpien et l’os trapèze.
Scaphoïde veut dire “en forme de barque”.
80% de la surface de l’os est composée de surfaces articulaires.
L’os forme la plancher de la zone morphologique que l’on appelle “la tabatière anatomique”.
La vascularisation de l’os est importante car c’est un os qui consolide lentement car il est mal vascularisé. La partie la plus proche du poignet est la plus mal vascularisée donc les risques de nécroses et de non consolidations sont élevés.

Le scaphoïde est l’os le plus fracturé du poignet. C’est un os qui est articulé avec le radius en haut, le lunatum en dedans, le trapèze en bas et dehors., et le trapézoïde et capitatum en dedans.
Les fractures du scaphoïde concerne les jeunes adultes ou les sujets âgés chuteurs.
Cette fracture est en apparence simple et semble se consolider rapidement par rapport à des fractures de plus grands os et plus importantes mais il n’en est rien. La prise en charge s’étale de 6 à 9 mois car la rééducation est impérative.
Les retards de consolidations sont fréquents et la rééducation peut parfois s’étendre jusqu’à 18 mois après la fracture.

Schéma du Scaphoïde | Institut de Kinésithérapie

Examen Clinique

Le premier diagnostic a évoqué face à un traumatisme du poignet est une fracture du scaphoïde jusqu’à preuve absolue du contraire. La preuve est établi par un bilan d’imagerie radiographique, scanner et éventuellement une IRM en cas de doute.
La radiographie seule, réalisée dans le service d’urgences ne doit pas éliminer le diagnostic de fracture car il existe parfois de minime trait de fracture qui ne seront visibles que lorsque le poignet aura dégonflé. Il convient de réexaminer le poignet 15 jours après et de refaire un bilan radiographique.
De plus, il est rare d’avoir à faire à une fracture isolée du scaphoïde. Il faut systématiquement rechercher des lésions osseuses, et capsulo-ligamentaires associées.

Le patient se présente avec un poignet gonflé et tuméfié. Il décrit un traumatisme récent ou une chute avec réception sur la main. Le gonflement du poignet et la douleur rendent la palpation difficile.

Bilan Imagerie

Les radiographies sont systématiquement demandées de face, de dos et de profil pour étudier le trait de fracture et les déplacements potentiels. Les mêmes examens seront refaits 15 jours après le traumatisme car c’est parfois à ce moment là que le trait de fracture est visible.
En cas de douleurs persistantes ou au moindre doute, il faut compléter par un scanner ou par une IRM. La scanner à l’avantage d’être plus facile d’accès et c’est l’examen roi pour les fractures du poignet.

Traitements

Le traitement est soit orthopédique avec une immobilisation plâtrée laissant le coude libre, soit une ostéosynthèse chirurgicale. Le choix est dicté par le type de fracture, sa stabilité et ses risques potentiels de complications.
Si le choix est le traitement chirurgical alors on utilisera soit une visse pour fixer le scaphoïde, soit des broches.

Kinésithérapie et rééducation des fractures du scaphoïde :

Le moment de la prise en charge du patient par le kinésithérapeute est fonction du traitement instauré. En cas de traitement orthopédique la prise en charge commence environ après l’ablation du plâtre. En cas de traitement chirurgical, la fracture est ostéosynthésée et donc la kinésithérapie peut être commencée immédiatement.

Phase non consolidée (jusqu’à 3 mois minimum) :

Objectifs thérapeutiques :

  • lutter contre les douleurs et les phénomènes trophiques liés au traumatisme initial et chirurgical
  • entretenir les mobilités de la main, des doigts et du coude sans aller dans les amplitudes extrêmes
  • entretenir les mobilités du poignet dans des zones sans contraintes
  • entretenir la sensibilité de la main et des doigts

Techniques :

  • massages
  • techniques de visualisation et de mouvements imaginés
  • travail sur la sensibilité discriminative de la main avec la reconnaissance d’objet, de texture, de forme
  • mobilisations passives et active aidées de l’épaule, du coude, du poignet de la main et des doigts
  • physiothérapie antalgique et anti-inflammatoire

Phase consolidée (parfois plusieurs mois après le traumatisme initial) :

Objectifs :

  • restauration des mobilités physiologiques du poignet et de la main
  • restauration de la force de préhension des muscles intrinsèques de la main et des doigts
  • restauration des capacités fonctionnelles de la main (préhension, lâchage, écriture, alimentation, etc)
  • restauration de la sensibilité superficielle et profonde

Techniques :

  • massage à visée proprioceptive et décontracturante
  • mobilisations passives analytiques en incluant la main, le coude et l’épaule
  • exercices musculaires en progression. Il ne faut jamais forcer et toujours respecter le seuil douloureux du patient pour prévenir une algodystrophie du poignet dont le traitement sera long et douloureux. La kiné devra être douce.
  • exercices fonctionnels de la main et des doigts
  • travail de la force musculaire pour augmenter la stabilité active du poignet
  • travail de l’ensemble des mobilités du poignet, de la colonne du pouce, des articulations des doigts
  • travail des prises et des pinces de la main, notamment l’opposition entre le pouce et les autres doigts de la main.

questions fréquentes posées

Qu’est ce qu’une neuroalgodystrophie de la main, et quel est le traitement?

L’algodystrophie ou neuro algodystrophie ou syndrome douloureux régional complexe de type 1 est une complication non grave mais fréquente des pathologies traumatiques de la main et des membres supérieurs. Il s’agit d’une déminéralisation osseuse de la main et du poignet qui entraîne de fortes douleurs. Il existe une phase où il y a plus de douleurs que de raideurs articulaires et une phase où les raideurs sont plus importantes que les douleurs. Le traitement est médical et la kinésithérapie s’étendra sur environ 6 mois (parfois jusqu’à 24 mois). La kinésithérapie se devra d’être douce et progressive pour ne pas aggraver l’état inflammatoire de la main et du poignet. Un spécialiste de l’algodystrophie est très important pour prendre en charge correctement cette pathologie.

Pourquoi les fractures du scaphoïde consolident lentement?

Le scaphoïde est un os que l’on décrit généralement en 3 parties: le pôle supérieure, le corps et le pôle inférieur. Le scaphoïde est vascularisé par l’artère radiale et 3 branches collatérales. Le pôle supérieur et inférieur sont mieux vascularisés que le corps. Mais 80% des fractures concernent le corps du scaphoïde donc l’os est moins bien vascularisé à cet endroit. De fait la consolidation prend plus de temps. L’immobilisation durera au minimum 3 mois et parfois jusqu’à 6 mois pour assurer une bonne consolidation qui est la priorité absolue du traitement pour éviter les pseudarthroses et la nécrose.

Cette page vous a plu ? Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars


3 votes
Moyennes : 5,00 sur 5
Loading...

Commentaires

Laissez un commentaire et les praticiens de l'Institut de Kinésithérapie vous répondront au plus vite