Conseils santé en kinésithérapie

Posté par Institut Kiné Paris

Publié le 06 septembre 2022

Modifié le 07 septembre 2022

Comment savoir si j’ai de l’arthrose ?

Comment savoir si j’ai de l’arthrose ? | Institut de Kinésithérapie | Paris

L’arthrose est une atteinte articulaire douloureuse, qui correspond à la dégradation des cartilages. Sa prévalence est particulièrement forte après 65 ans ; en effet, elle touche environ 65% des français dans cette tranche d’âge ! Pourtant, les personnes plus jeunes ne sont pas non plus à l’abri de l’arthrose ; celle-ci peut être favorisée par une pratique sportive excessive, le surpoids, et d’autres facteurs. Comment savoir si l’on a de l’arthrose ? Quels sont les symptômes et les facteurs de risque à surveiller ?

Les principaux symptômes de l’arthrose

L’arthrose peut être définie comme l’usure du cartilage des articulations. Toutes les articulations peuvent donc être touchées, mais certaines sont plus vulnérables que d’autres. Parmi les formes d’arthrose les plus courantes, on peut citer celles :

  • Du genou
  • De la hanche
  • Des doigts
  • De la colonne vertébrale
  • De la hanche

La douleur est le principal symptôme de cette usure irréversible des cartilages. Mais comment faire la différence entre les douleurs de l’arthrose, et celles causées par une autre pathologie ? En général, les douleurs de l’arthrose :

  • Sont chroniques
  • Sont déclenchées et accentuées par la mise en mouvement de l’articulation
  • Disparaissent au repos
  • Peuvent dans certains cas gêner l’endormissement ou provoquer des réveils nocturnes

Ces douleurs s’accompagnent aussi d’autres symptômes, variables d’une personne à l’autre :

  • Raideur matinale, pouvant nécessiter un “dérouillage”
  • Déformations visibles des articulations concernées (surtout en cas d’arthrose des doigts)
  • Gêne fonctionnelle due au manque de souplesse

Parfois, l’arthrose évolue sous forme de poussées douloureuses inflammatoires ; mais ce n’est pas systématique.

La présence et l’intensité des symptômes peut varier d’une personne à une autre, en fonction de l’articulation concernée et d’autres facteurs. C’est pourquoi, si vous pensez avoir de l’arthrose ,ou que vous avez simplement mal à une articulation, rien ne remplace le diagnostic médical !

Diagnostic de l’arthrose

La consultation médicale est la première étape indispensable pour diagnostiquer une arthrose. Pendant cette consultation, votre médecin commence par vous interroger sur vos symptômes : leur historique, leur fréquence, leur intensité, les activités qui les déclenchent…

Cet interrogatoire est bien sûr complété par un examen clinique de l’articulation douloureuse, qui permet au médecin :

  • De déclencher la douleur en exerçant une pression
  • D’évaluer la raideur articulaire
  • De déclencher la douleur en faisant bouger l’articulation
  • De constater la présence d’un gonflement et d’autres symptômes

Des radiographies sont nécessaires pour confirmer le diagnostic. L’arthrose est confirmée par la présence :

  • D’un pincement articulaire
  • D’excroissances osseuses appelées ostéophytes
  • D’une condensation de l’os

En général, aucun autre examen n’est nécessaire.

Quels sont les facteurs de risque de l’arthrose ?

Plus l’arthrose est diagnostiquée et prise en charge tôt, plus son impact sur votre qualité de vie sera minime. Connaître les principaux facteurs de risque, et savoir si vous êtes concerné, peut donc vous faire gagner beaucoup temps.

Les facteurs favorisant l’arthrose sont :

  • Les antécédents de traumatisme des articulations (blessures sportives, accidents)
  • L’hérédité (personnes atteintes d’arthrose dans la famille)
  • La surcharge pondérale
  • Certaines anomalies anatomiques (genoux arqués ou en X favorisant l’arthrose du genou)
  • Les mouvements répétitifs liés à une activité professionnelle ou sportive
  • L’âge
  • La ménopause
  • La sédentarité

S’il est difficile de lutter contre le temps qui passe, la ménopause et les prédispositions héréditaires, on peut en revanche prévenir l’arthrose :

  • En surveillant son poids
  • En évitant les blessures lorsqu’on pratique un sport
  • En ayant une activité physique régulière

Sur ces différents points, des professionnels de santé peuvent vous accompagner ; n’hésitez pas à faire appel à un kinésithérapeute !

Article rédigé par IK

IK est un réseau de cabinets de kinésithérapie avec une équipe de praticiens hyper spécialisés pour une prise en charge complète au même endroit.

Laissez votre commentaire

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide