Prenez RDV sur Prenez RDV sur

Suivre IK sur les Réseaux Sociaux

Vos Guides

d’Institut de Kiné Paris

Réhabilitation

Réhabilitation

E-book pour vous guider dans le processus de réhabilitation de la cheville, du pied et des orteils en utilisant un langage simple et compréhensible

Sport et alimentation

Sport et alimentation

2ème partie du livre : l’alimentation des sportifs : conseils en nutrition pour atteindre vos objectifs de performance, tout en préservant votre santé.

L’alimentation des sportifs

L’alimentation des sportifs

La diététique pour le sport : du coureur à pied au pratiquant de cross-fit, utile pour tous !

Le guide kiné arthrose

Le guide kiné arthrose

Guide pratique contre l’arthrose : des exercices et conseils pour prévenir et soulager l’arthrose. Utile pour tous ceux qui en ont besoin.

Fracture de la jambe

La jambe est constituée de deux os, le tibia et la fibula (anciennement appelé péroné). On parle de fracture de la jambe pour désigner la cassure de l’un ou l’autre de ces deux os, souvent les deux en même temps. La fracture peut avoir lieu sur ce que l’on appelle la diaphyse de l’os (sa partie à longée) ou sur sa métaphyse, la zone qui relie la diaphyse à la tête de l’os.

Fracture de la jambe, causes et traitements | Institut de kinésithérapie - Paris

Généralités

La jambe est constituée de deux os, le tibia et la fibula (anciennement appelé péroné). On parle de fracture de la jambe pour désigner la cassure de l’un ou l’autre de ces deux os, souvent les deux en même temps. La fracture peut avoir lieu sur ce que l’on appelle la diaphyse de l’os (sa partie à longée) ou sur sa métaphyse, la zone qui relie la diaphyse à la tête de l’os.


Quelques chiffres et faits sur les fractures de la jambe

  • Une fracture de la jambe peut être simple ou complexe (trait de fracture unique ou multiple) ; déplacée ou non déplacée (selon l’alignement des deux parties de l’os) ; ouverte ou fermée (présence ou non d’une ouverture cutanée au niveau de la lésion)
  • Plus de 25% des fractures de la jambe sont ouvertes, ce qui est un facteur de gravité (risque d’infection important)

Pourquoi ai-je une fracture de la jambe ?

On distingue deux principaux types de fracture de la jambe :

  • Celles causées par un traumatisme
  • Les fractures de fatigue, qui sont plus rares

Dans la population générale, c’est le premier contexte d’apparition qui est le plus fréquent. On distingue les traumatismes directs, lorsque le choc est reçu par la jambe elle-même, des traumatismes indirects, qui correspondent à une contrainte anormale reçue par la jambe, par exemple lors d’une torsion avec le pied bloqué.

Voici quelques exemples de contextes pouvant donner lieu à un traumatisme direct : accidents de la voie publique, chute d’une hauteur importante, blessure par arme à feu, objet lourd reçu sur la jambe…

Moins fréquemment, la jambe peut aussi souffrir de ce que l’on appelle une fracture de fatigue. Ces lésions apparaissent de manière progressive, sur des os fragilisés par la répétition de contraintes mécaniques ; les militaires, et certains sportifs comme les danseurs, y sont particulièrement exposés.

Quels sont les symptômes d’une fracture de la jambe ?

Au moment du traumatisme, le patient perçoit un craquement au niveau de sa jambe, qui s’accompagne d’une douleur intense. Il est généralement en état de choc (accélération du pouls, pâleur, sensation d’évanouissement). Souvent, la jambe apparaît raccourcie, avec le pied tourné dans une direction anormale.

En cas de fracture ouverte, on remarque une plaie au niveau de la fracture, qui peut ou non s’accompagner d’une hémorragie.

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie ?

Les fractures du tibia et de la fibula donnent lieu à une rééducation longue, qui s’étale sur 3 à 6 mois. Cette rééducation se fait en deux temps, avant et après la consolidation de la fracture.

Pendant la phase non consolidée, qui dure généralement 3 mois, l’objectif est surtout de lutter contre la douleur, et de prévenir les complications (notamment l’algoneurodystrophie). Parmi les techniques employées, on peut mentionner :

  • La physiothérapie (cryothérapie, électrothérapie) pour son effet antalgique
  • Les massages (drainage lymphatique, massage à visée circulatoire)
  • Les exercices musculaires de la cuisse
  • Les étirements des muscles de la jambe
  • L’apprentissage de la marche avec des béquilles

Ensuite, pendant la phase consolidée, la rééducation est orientée vers la récupération des amplitudes articulaires, le réapprentissage de la marche sans béquilles, et la reprise sportive. En plus des massages, des étirements et de la physiothérapie, le programme comporte :

  • Des exercices de renforcement musculaire
  • Des mobilisations de l’ensemble des articulations du membre inférieur
  • Une rééducation à la marche

En général, il faut compter 6 mois avant d’entamer la reprise du sport, avec un programme de préparation physique adapté et progressif.

Make a come back

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux de la fracture de la jambe ?

Le choix du traitement dépend des caractéristiques de la fracture.

En cas de fracture simple, non déplacée et fermée, le traitement est orthopédique : la jambe est immobilisée dans un plâtre, ce qui va permettre la consolidation osseuse. Au départ, le plâtre englobe tout le membre inférieur, de l’aine jusqu’au pied ; il est remplacé par un plâtre moins contraignant, en forme de botte, au bout de quelques semaines.

Si la fracture est déplacée, complexe ou ouverte, la chirurgie est indispensable. l’opération consiste à replacer les fragments osseux dans leur position normale, et stabiliser le tout avec du matériel de fixation : clou centromédullaire, plaque ou encore fixateur externe. Ce dernier est un dispositif lourd, réservé aux fractures en plusieurs fragments et aux plaies importantes.

Diagnostic et examens complémentaires

Le diagnostic repose d’abord sur une observation des symptômes : craquement douloureux au moment du traumatisme, appui impossible sur la jambe blessée, état de choc…

En général, le diagnostic est posé par le médecin urgentiste, qui recherche des signes permettant de caractériser la fracture : présence ou non d’une plaie, d’une déformation de la jambe, de troubles de la sensibilité évoquant une lésion nerveuse…

Cet examen clinique est complété par un bilan radiographique, qui permet de confirmer le diagnostic. Les radiographies permettent aussi de localiser précisément le trait de fracture, et d’observer les caractéristiques de celle-ci.

Laissez votre commentaire

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide