Prenez RDV sur Prenez RDV sur

Suivre IK sur les Réseaux Sociaux

Vos Guides

d’Institut de Kiné Paris

Réhabilitation

Réhabilitation

E-book pour vous guider dans le processus de réhabilitation de la cheville, du pied et des orteils en utilisant un langage simple et compréhensible

Sport et alimentation

Sport et alimentation

2ème partie du livre : l’alimentation des sportifs : conseils en nutrition pour atteindre vos objectifs de performance, tout en préservant votre santé.

L’alimentation des sportifs

L’alimentation des sportifs

La diététique pour le sport : du coureur à pied au pratiquant de cross-fit, utile pour tous !

Le guide kiné arthrose

Le guide kiné arthrose

Guide pratique contre l’arthrose : des exercices et conseils pour prévenir et soulager l’arthrose. Utile pour tous ceux qui en ont besoin.

Instabilité du poignet

Les ligaments du poignet sont sujets à un certain nombre d’accidents, causant des lésions qui favorisent l’instabilité de l’articulation. Fréquentes chez certains sportifs, ces lésions ne sont généralement pas graves, mais elles doivent être traitées pour éviter les complications. En langage médical, l’instabilité du poignet est aussi appelée instabilité scapho-lunaire.

Instabilité scapho-lunaire, causes et traitements | Institut de kinésithérapie - Paris

Généralités

Le plus souvent, on parle d’instabilité ou de lésion ligamentaire du poignet pour désigner des lésions du ligament scapho-lunaire. Ce ligament se situe entre le scaphoïde et le semi-lunaire, qui font partie de l’ensemble des os du carpe. 

Les lésions sont classées selon leur stade de gravité, qui dépend de plusieurs éléments : notamment la portion du ligament qui est atteinte, les lésions associées, la survenue de la lésion et sa durée. Le stade le plus grave correspond à la rupture totale du ligament, qui nécessite une prise en charge urgente.


Quelques chiffres et faits sur l’instabilité du poignet :

  • Le ligament scapho-lunaire est un composant clé de l’articulation du poignet, puisqu’il supporte environ 80% des forces qui lui sont transmises
  • L’instabilité du poignet concerne surtout une population jeune (20 à 30 ans), dans un contexte de traumatisme isolé
  • Les travailleurs manuels âgés de 40 à 50 ans sont une autre population à risque, dans un contexte de traumatismes répétés du poignet

Augmentez votre mobilité

Quelles sont les causes de l’instabilité du poignet ?

Techniquement, l’instabilité du poignet correspond à une lésion d’un ou plusieurs de ses ligaments. Le plus souvent, ce type de lésion se produit suite à un traumatisme, comme une chute sur le poignet.

Les lésions du ligament scapho-lunaire correspondent généralement à une chute sur le poignet en extension, dans le cadre d’une activité sportive ou de loisirs. Dans certains cas, ces lésions peuvent s’accompagner d’autres blessures du poignet, notamment la fracture du radius distal.

L’instabilité du poignet peut aussi s’installer progressivement, suite à des traumatismes de moindre intensité, mais subis de manière répétée.

En général, les personnes qui correspondent au deuxième contexte d’apparition consultent plus tardivement, ce qui n’est pas sans conséquence sur le traitement qui suit.

Quels sont les symptômes de l’instabilité du poignet ?

Les lésions ligamentaires du poignet font rarement l’objet d’une consultation en urgence. En général, les patients vont négliger la douleur, qui peut disparaître après quelques jours d’immobilisation, pour une durée plus ou moins longue.

La consultation médicale a donc souvent lieu à distance de l’accident, pour des symptômes de faible intensité. Le plus souvent, les patients se plaignent :

  • D’une douleur dorsale du poignet, qui apparaît à l’effort ou lors de l’appui
  • D’une perte de mobilité et de force du poignet
  • D’une tuméfaction localisée
  • D’une sensation de ressaut ou de “lâchage” de l’articulation lors de son utilisation prolongée

Chez certaines personnes, ces symptômes sont chroniques, et associés à une arthrose du poignet. Sans prise en charge sur plusieurs années, la principale plainte est une raideur douloureuse de l’articulation.

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie ?

La kinésithérapie fait partie des traitements indiqués pour corriger l’instabilité scapho-lunaire. En effet, des recherches récentes ont mis en évidence l’importance de la musculature du poignet dans la stabilité de cette articulation ; certains muscles protègent le ligaments scapho lunaire, et d’autres au contraire peuvent être nocifs.

Cette rééducation du poignet est plus ou moins longue en fonction du type de lésion et de son ancienneté. Elle comporte plusieurs techniques : massages, mobilisations du poignet, renforcement musculaire, mouvements spécifiques correspondant aux activités du patient..En complément, le kinésithérapeute pourra aussi employer des techniques de physiothérapie : chaleur, cryothérapie, stimulation musculaire…

Les exercices effectués pendant les séances sont toujours complétés par une auto-rééducation du patient à son domicile.

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux de l’instabilité du poignet ?

Le traitement va surtout dépendre de l’ampleur des symptômes, de l’ancienneté de la lésion, et de la présence de lésions associées, notamment l’arthrose.

Lorsque la lésion du ligament scapho-lunaire est partielle et n’entraîne pas d’instabilité, un traitement conservateur peut être entrepris ; la guérison est obtenue par immobilisation du poignet.

Certaines lésions récentes accompagnées d’une instabilité du poignet peuvent être traitées chirurgicalement. L’opération est suivie d’une immobilisation relativement longue, et d’une rééducation du poignet pour éviter les complications.

Les lésions anciennes, souvent accompagnées d’arthrose, font également l’objet d’un traitement chirurgical.

diagnostic et examens complémentaires

La première étape du diagnostic consiste en un examen clinique du poignet. Cet examen comporte des tests spécifiques, comme le test de Watson, une manœuvre qui reproduit le ressaut douloureux du poignet.

L’interrogatoire, qui porte notamment sur les activités du patient et les circonstances d’apparition de la douleur, apporte des éléments clé pour la diagnostic. 

Celui-ci doit cependant être confirmé et précisé par des examens complémentaires, c’est-à-dire une radiographie, une arthroscopie et/ou un arthroscanner.

Laissez votre commentaire

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide