Prenez RDV sur Prenez RDV sur

Suivre IK sur les Réseaux Sociaux

Vos Guides

d’Institut de Kiné Paris

Réhabilitation

Réhabilitation

E-book pour vous guider dans le processus de réhabilitation de la cheville, du pied et des orteils en utilisant un langage simple et compréhensible

Sport et alimentation

Sport et alimentation

2ème partie du livre : l’alimentation des sportifs : conseils en nutrition pour atteindre vos objectifs de performance, tout en préservant votre santé.

L’alimentation des sportifs

L’alimentation des sportifs

La diététique pour le sport : du coureur à pied au pratiquant de cross-fit, utile pour tous !

Le guide kiné arthrose

Le guide kiné arthrose

Guide pratique contre l’arthrose : des exercices et conseils pour prévenir et soulager l’arthrose. Utile pour tous ceux qui en ont besoin.

Pathologies des doigts

Suite à un traumatisme ou un surmenage, les doigts peuvent être le siège d’un certain nombre de pathologies osseuses, nerveuses, ou encore musculo-tendineuses. Loin d’être anodines, ces lésions doivent faire l’objet d’un traitement médical, orthopédique ou chirurgical. En général, une rééducation de la main et des doigts est nécessaire.

Pathologies des doigts, causes et traitements | Institut de kinésithérapie Paris

Généralités

En dehors du pouce qui n’en compte que 2, chaque doigt est constitué de 3 phalanges : une proximale (reliée à la main), une moyenne (au milieu du doigt) et une distale, qui constitue l’extrémité du doigt.

Autour des phalanges s’articulent tout un ensemble de tissus, permettant à chaque doigt d’assurer ses fonctions : ligaments, tendons fléchisseurs et extenseurs, plaques palmaires…Les doigts ont une fonction essentielle d’exécution, mais aussi de collecte d’information par le toucher.

Lorsqu’un ou plusieurs doigts se retrouvent lésés, les conséquences sur la vie quotidienne ne tardent pas à être importantes.


Quelques chiffres et faits sur les pathologies des doigts

  • Les blessures et pathologies les plus courantes touchant les doigts sont l’arthrose, les fractures des phalanges, l’entorse des doigts, le doigt à ressaut et le syndrome du canal carpien
  • Le syndrome du canal carpien est une maladie professionnelle : chez les salariés, sa prévalence est de 2,3% chez les hommes, et 3,8% chez les femmes
  • L’arthrose des doigts concerne surtout des personnes de plus de 50 ans ; à partir de cet âge, 2 femmes sur 3 sont concernées

Diminuer vos douleurs

Pourquoi ai-je une pathologie des doigts ?

On peut classer les pathologies des doigts en fonction de leurs causes et de leur contexte d’apparition :

  • Les entorses, fractures et luxations sont des blessures traumatiques, qui surviennent suite à un choc plus ou moins violent reçu par le doigt. Les sports les plus pourvoyeurs de ce type de blessure sont ceux qui sollicitent les mains et les doigts : sports de ballon (volleyball, handball) mais aussi escalade
  • Le syndrome du canal carpien correspond à la compression d’un nerf au niveau du poignet. Il est généralement lié à la répétition de mouvements de la main et du poignet sur une période longue, dans le cadre d’une activité professionnelle ou de loisirs : peinture, jardinage, construction, travail à l’ordinateur…
  • Le doigt à ressaut, aussi appelé doigt à ressort, est une pathologie tendineuse qui peut être liée à l’inflammation ou à la lésion d’un tendon fléchisseur. Il est souvent lié à une maladie rhumatismale, ou à un geste répétitif
  • Enfin, l’arthrose digitale admet de multiples causes : vieillissement des cartilages, antécédents de traumatismes, sans oublier les causes mécaniques (loisirs, métier sollicitant beaucoup les doigt) et les facteurs de risque comme l’obésité

Quels sont les symptômes des pathologies des doigts ?

Les symptômes sont très variables d’une pathologie à l’autre.

En cas de traumatisme :

  • L’entorse se manifeste par une douleur immédiate et intense, accompagnée d’un gonflement du doigt et d’une ecchymose. L’articulation blessée apparaît instable, et n’est plus fonctionnelle
  • La luxation du doigt correspond à un déplacement osseux. Le doigt apparaît tordu à l’oeil nu ; il est également douloureux et gonflé
  • Lors d’une fracture du doigt, la douleur ressentie est forte et brutale. Le doigt blessé ne peut être bougé ; il apparaît gonflé, tordu, parfois décoloré ou très rouge

Ces blessures peuvent difficilement passer inaperçues.

Le syndrome du canal carpien apparaît de manière plus progressive. Comme c’est un trouble d’origine nerveuse, il se manifeste surtout par des troubles sensitifs : c’est-à-dire des fourmillements, des picotements ou encore un engourdissement plus ou moins marqué. Les doigts concernés sont les trois ou les quatre premiers de la main, en partant du pouce.

Le doigt à ressaut ou à ressort, se manifeste aussi de manière très progressive : cela commence par une douleur et une raideur de la paume ; le doigt est bloqué en flexion, ce qui peut nécessiter l’aide de l’autre main pour le débloquer, et ne se fait pas sans douleur.

Enfin, l’arthrose des doigts se caractérise par une douleur à la palpation, accompagnée de raideur et d’une gêne fonctionnelle. Souvent, cette arthrose entraîne des déformations visibles des doigts, source de gêne esthétique pour les patients.

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie ?

Les traumatismes et pathologies des doigts, surtout s’ils sont traités chirurgicalement, entraînent des raideurs qui doivent être corrigées par une rééducation. Celle-ci est généralement effectuée chez un kinésithérapeute spécialiste de la main et des doigts.

La durée et les modalités de cette prise en charge dépendent du type de pathologie, des objectifs du patient, et du traitement suivi (médical, orthopédique ou chirurgical).

Dans tous les cas, la première séance est toujours consacrée à un bilan diagnostique kinésithérapique. Celui-ci permet d’évaluer les amplitudes des articulations interphalangiennes, la force musculaire des doigts, ainsi que la présence de symptômes comme le gonflement, les déformations ou encore les points douloureux.

Ce bilan permet de choisir les techniques les plus adaptées à votre pathologie. En général, la rééducation des doigts :

  • A lieu le plus tôt possible après le traumatisme, l’opération ou l’apparition des symptômes
  • Peut varier en fréquence et en durée ; lorsque les séances sont espacées, le patient compense en effectuant des exercices à domicile

Les techniques les plus couramment employées sont :

  • Les massages, utiles pour soulager la douleur et réduire le gonflement
  • La mobilisation active de la main et des doigts
  • Les exercices fonctionnels, avec des objets de la vie quotidienne ou qui en recréent les conditions

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux des pathologies des doigts ?

Le choix du traitement dépend surtout du type de lésion, de sa gravité, et de caractéristiques propres au patient (son âge, ses activités, ses antécédents…).

Pour les traumatismes, on privilégie généralement un traitement orthopédique, avec maintien du doigt dans une attelle. La luxation est un cas un peu particulier, qui nécessite une réduction du déplacement, parfois sous anesthésie locale. En parallèle, le traitement médical consiste à prendre des antalgiques pour soulager la douleur. La chirurgie est généralement réservée aux cas graves ou récidivants.

Le syndrome du canal carpien se traite par la suppression des facteurs favorisants, le port d’une attelle amovible, ainsi qu’un traitement médicamenteux pour soulager la douleur. Le traitement chirurgical est rare ; on le réserve à certains cas graves, ou en cas d’échec du traitement médical.

Pour le doigt à ressaut, le repos est le premier traitement recommandé ; il peut suffire à faire disparaître les symptômes. Lorsque cela ne suffit pas, des injections locales de corticoïdes peuvent être indiquées. Enfin, la chirurgie peut être envisagée en dernier recours ; l’intervention a lieu sous anesthésie locale, en ambulatoire (c’est-à-dire sans hospitalisation).

Enfin, en cas d’arthrose, plusieurs traitements médicamenteux permettent de diminuer les symptômes : antalgiques, anti-inflammatoires, infiltrations…Ces médicaments n’inversent pas le processus de la maladie, mais ils contribuent à la réduction des douleurs. Pour lutter contre la raideur et la gêne fonctionnelle, la rééducation reste le traitement le plus efficace.

Diagnostic et examens complémentaires

L’examen clinique des doigts constitue la base du diagnostic. Il permet de mettre en évidence la douleur, le ressaut, les déformations, ainsi que tous les autres symptômes visibles et reproductibles.

Dans certains cas, des examens complémentaires sont nécessaires, surtout en préparation d’une chirurgie. L’examen de référence est la radiographie de la main et des doigts, parfois complétée par une IRM ou un scanner.

Laissez votre commentaire

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide