Sport et kinésithérapie

Posté par Institut Kiné Paris

Publié le 10 mars 2021

Modifié le 27 avril 2023

Indication et bienfaits du strapping dans la pratique sportive

Parfois confondu avec le K-taping, le strapping est une technique de contention souple bien connue des sportifs. Les entorses en sont l’indication la plus courante.

Définition du strapping

Un strapping est un dispositif de contention, qui consiste à maintenir une articulation dans une position non douloureuse, tout en limitant les mouvements de cette articulation. Ce dispositif est réalisé à l’aide d’un entrecroisement de bandes élastiques adhésives ou non, mises en place suite à une blessure ou une douleur.

L’objectif des bandes de strapping est de limiter la mobilité d’un muscle, d’un tendon ou d’un ligament, en évitant sa mise en tension.

Qui peut réaliser un strapping ?

Tout le monde peut réaliser un strapping sur une articulation. Mais en pratique, il est conseillé de faire poser le premier bandage par un kinésithérapeute ou un médecin du sport, qui ont l’expérience et le savoir-faire. En effet, pour qu’un strapping soit efficace, le bandage doit être croisé selon un sens donné, et un niveau de tension précis. Le professionnel de santé peut cependant vous expliquer comment poser la bande, de sorte que vous puissiez reproduire l’opération chez vous, avec le matériel adapté.

En effet, les bandes se détendent avec le temps. Il est donc conseillé de refaire régulièrement la contention, pour qu’elle conserve son efficacité.

Les objectifs et bienfaits du strapping

Le strapping ne constitue pas un traitement à part entière. Il est généralement utilisé en complément, comme partie du traitement d’une blessure sportive. Parfois, le bandage peut être réalisé en prévention, pour soutenir une articulation fragilisée. Dans tous les cas, l’objectif est de créer une contention souple, pour permettre le mouvement tout en protégeant et maintenant la zone blessée.

Les bienfaits du strapping sont multiples. Il poursuit un rôle :

  • Antalgique : la contention permet de réduire la douleur
  • Curatif : lorsque les bandes sont posées au moment de la blessure ou pendant la phase inflammatoire, le maintien et la protection de l’articulation permettent une meilleure cicatrisation. Le strapping contribue aussi à la diminution de l’oedème.
  • Éducatif : La contention permet de faire ressentir les gestes à éviter
  • Préventif : Elle permet de protéger l’articulation des gestes douloureux ou brusques, tout en rendant possible sa fonction

Dans certains cas, l’activité physique reste possible même avec le strapping. Cela implique une bonne technique de pose, et l’implication du patient.

Différences avec le K-taping

Le strapping est parfois confondu avec une autre technique, le K-taping. Les deux méthodes ont en commun d’utiliser des bandes de tissu, mais le type de pose, les indications et objectifs du traitement sont bien distincts.

En effet, le K-taping consiste à poser des bandes de coton colorées sur un muscle, pour soulager une douleur légère ou améliorer les performances sportives. Ces bandes n’empêchent aucun mouvement des articulations.

Le strapping, contrairement au K-taping, consiste à créer une véritable contention. Il est utilisé en préventif mais surtout sur des blessures, comme des entorses. Les bandes sont fixées de sorte à bloquer certains mouvements, pour limiter la douleur et faciliter la guérison.

Principales utilisations dans la pratique sportive

Le strapping est une technique d’immobilisation surtout utilisée dans le monde du sport. C’est un traitement mécanique qui intervient sur les douleurs et blessures sportives. Il peut aussi être utilisé en complément de séances de rééducation chez un kinésithérapeute.

Contrairement au plâtre, le strapping n’empêche pas le mouvement, et permet une reprise relativement rapide de l’activité physique; c’est pourquoi il est tant apprécié des athlètes.

Les blessures les plus courantes qui justifient un recours au strapping sont les entorses, en particulier :

  • L’entorse du genou (entorse bénigne du ligament interne)
  • L’entorse de la cheville
  • L’entorse du pouce

Le strapping peut aussi être utilisé :

  • En cas de luxation
  • De rupture musculaire
  • Pour certaines fractures

Les différents types de bandes

Plusieurs types de tissus sont utilisés pour réaliser un strapping. Chaque tissu remplit une fonction particulière, et leur bon assemblage est déterminant pour l’efficacité du bandage :

  • Les embases sont placées aux extrémités des montages. Elles servent de point d’ancrage pour les attelles actives.
  • Les attelles actives sont les bandes les plus importantes. Ce sont elles qui bloquent les mouvements des articulations, et corrigent leur position.
  • Enfin, les tissus en mousse servent à protéger la peau des irritations, au niveau des zones de frottement.

Précautions et contre-indications

Deux écueils sont à éviter : un bandage trop serré, qui produirait un effet garrot en empêchant la circulation du sang ; et un bandage trop lâche, qui n’aurait aucune efficacité. C’est pourquoi il est vivement recommandé de demander conseil à son kinésithérapeute, orthopédiste ou médecin du sport.

De manière générale, même lorsqu’une douleur ou une blessure semble légère, le strapping ne dispense pas d’un avis médical, qui pourra vous orienter vers un traitement adapté.

Certaines maladies de la peau, plaies et allergies, constituent une contre-indication au strapping.

Article rédigé par IK

IK est un réseau de cabinets de kinésithérapie avec une équipe de praticiens hyper spécialisés pour une prise en charge complète au même endroit.

Laissez votre commentaire

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide