Rééducation

Posté par Institut Kiné Paris

25 mars 2021

Le renforcement musculaire en kinésithérapie : principes et objectifs

Le renforcement musculaire se trouve au croisement de plusieurs objectifs : préparation sportive, performance, ou rééducation après une blessure. Pratiqué chez soi, en salle ou en séance avec un kinésithérapeute, ses indications et méthodes sont nombreuses.

Définition et principes du renforcement musculaire

La renforcement musculaire désigne l’ensemble des techniques et des processus qui visent une augmentation de la force musculaire, et de ses composantes. Le terme lui-même fait référence à la force, mais en pratique, le renforcement musculaire poursuit aussi d’autres objectifs, notamment : la prise de masse, la vitesse, l’endurance musculaire, la puissance ou encore l’explosivité.

Cette discipline comporte de nombreux exercices et méthodes, qui visent à renforcer l’ensemble des muscles du corps, ou des groupes musculaires spécifiques. Elle peut se pratiquer en salle, avec des machines et des accessoires, ou grâce au seul poids de votre corps, via des mouvements spécifiques.

Pourquoi faire du renforcement musculaire ?

Le renforcement musculaire est une part importante du traitement en kinésithérapie, qui s’inscrit dans le parcours de soins pour un grand nombre de troubles. En effet, à la suite d’une opération ou d’une blessure, il est souvent indispensable au bon rétablissement du mouvement.

Il poursuit plusieurs objectifs, qui concernent les muscles mais pas uniquement :

  • Augmentation du volume et de la masse musculaire
  • Augmentation de la force musculaire
  • Amélioration de la posture
  • Renforcement des articulations et des tendons

Le renforcement musculaire peut aussi être pratiqué en prévention des blessures et à des fins de performance sportive.

Au-delà de la pratique sportive, les bienfaits du renforcement musculaire sur la santé générale des individus sont nombreux :

  • Meilleure santé cardio-vasculaire
  • Diminution des douleurs dorsales
  • Meilleure densité osseuse (lutte contre l’ostéoporose)
  • Perte de poids

Les principales indications du renforcement musculaire en kinésithérapie et kiné du sport

Au même titre que les étirements et les exercices de proprioception, le renforcement musculaire est un pilier du protocole de rééducation de la plupart des blessures sportives. Il est aussi un aspect important de la préparation physique pour toutes les disciplines.

Rééducation

Les applications des exercices de renforcement musculaire dans le cadre d’une rééducation sont nombreuses.

Dans le cas des tendinopathies, ils permettent notamment de stimuler la production de collagène, d’épaissir et de renforcer les tendons. Ces bienfaits sont utiles en rééducation mais aussi pour prévenir la blessure. Pour les tendinites, le kinésithérapeute a généralement recours au protocole de Stanish, un programme sur plusieurs semaines fondé sur l’étirement et le travail des muscles en excentrique.

Le renforcement musculaire est également utilisé en prévention et rééducation des entorses. L’objectif est ici de renforcer les muscles qui protègent et assistent les ligaments fragiles ou lésés. Par exemple, dans le cas d’une entorse de la cheville, les exercices visent à renforcer les péroniers latéraux, qui se trouvent sur le côté de la jambe et contribuent au maintien de la cheville.

Bien sûr, le renforcement musculaire est aussi indiqué en rééducation de toutes les lésions musculaires (élongation, déchirure, claquage) qui sont fréquentes dans la pratique sportive. En effet, le déficit de force musculaire est une conséquence de ces pathologies, mais il peut aussi en être une des causes. La restauration de la force musculaire est donc indispensable pour traiter la blessure, mais aussi pour prévenir les récidives.

La rééducation avec renforcement musculaire est aussi indiquée dans le traitement de maladies articulaires comme l’arthrose ou la polyarthrite rhumatoïde.

Préparation physique

La préparation physique est un autre champ d’application du renforcement musculaire, dans lequel les sportifs peuvent se faire accompagner par un kiné du sport ou un coach sportif. Ici, l’objectif est de préparer au mieux votre corps à la pratique d’un sport.

Le renforcement musculaire intervient surtout dans la préparation physique générale, dont il est un des principaux objectifs.

Les principaux types d’exercices de renforcement musculaire en kinésithérapie

Le kinésithérapeute dispose d’une vaste gamme d’exercices de renforcement musculaire, qui répondent à différents besoins (rééducation, amélioration des performances sportives). Les exercices avec des charges, le travail contre résistance, le travail avec des sangles et le vélo sont parmi les plus courants. L’électrostimulation est une autre technique possible, issue du monde de la préparation sportive.

Travail avec des charges

Concrètement, le renforcement musculaire chez un kinésithérapeute consiste en différents exercices, avec ou sans accessoires / appareils.

Le travail avec des charges (poids à soulever) permet d’augmenter efficacement la force musculaire. L’augmentation de la charge se fait de manière progressive, et offre d’autres bénéfices :

  • Le renforcement des tendons et des articulations
  • Une meilleure résistance osseuse (lutte contre l’ostéoporose)

Travail avec des sangles de suspension

Les sangles de suspension sont un autre outil couramment utilisé pour le renforcement musculaire en kinésithérapie. Les sangles servent à suspendre un membre, ce qui place le corps dans une position instable, et oblige à rester gainé pendant la durée de l’exercice. Les effets sont ceux du gainage : renforcement des abdominaux, des muscles lombaires, et des autres muscles posturaux. L’exercice est donc bénéfique à la fois pour le renforcement musculaire, la proprioception et l’équilibre.

Exercices de résistance

Le travail contre résistance est une technique de renforcement musculaire qui consiste pour le patient à effectuer des mouvements auxquels le kinésithérapeute oppose une résistance. Elle s’inscrit dans le cadre de la mobilisation active.

Des bandes élastiques sont parfois utilisées pour les exercices contre résistance. Cet accessoire de kinésithérapie pratique, peu coûteux et simple d’utilisation sert non seulement pour le renforcement musculaire, mais pour toutes les étapes de la rééducation, à commencer par le réveil musculaire en phase post-traumatique ou post-opératoire.

Tous les groupes musculaires et toutes les articulations peuvent être travaillées grâce aux bandes, qui peuvent s’utiliser aussi bien en salle de rééducation que dans une chambre d’hôpital.

Dans le cadre du renforcement musculaire, les différentes résistances des bandes permettent de travailler de manière progressive. Le kinésithérapeute oriente la progression en fonction de la récupération, de votre douleur et de vos possibilités.

Vélo d’appartement ou de rééducation

Le vélo d’appartement est un exercice clé pour renforcer les muscles des membres inférieurs. Il permet de travailler efficacement les quadriceps, particulièrement s’il est réglé sur une résistance importante. Les ischio-jambiers, à l’arrière de la cuisse, sont aussi sollicités par le vélo, de même que les fessiers (surtout à haute résistance “en danseuse”), les mollets et les abdominaux.

Le vélo d’appartement est un sport doux et sans risque et sans à coups, souvent utilisé en kinésithérapie pour la rééducation des blessures des membres inférieurs. Il intervient notamment dans le traitement des entorses du genou : le renforcement des ischio-jambiers et des quadriceps permet en effet d’améliorer le soutien de l’articulation du genou. Il peut aussi être pratiqué en rééducation après une entorse de la cheville, car le pédalage ne fait quasiment pas bouger cette articulation.

Electrostimulation

Le renforcement musculaire peut aussi se faire par électrostimulation. Cette technique, qui consiste à stimuler un muscle par des courants électriques, est surtout employée en kinésithérapie du sport pour optimiser la rééducation des athlètes.

Le principe : les courants électriques contractent de manière répétée les fibres musculaires, causant des microlésions qui forcent le renouvellement des cellules. Cela permet d’améliorer la résistance du muscle traité.

Après une blessure, l’électrostimulation peut être utilisée pour faire travailler les muscles lorsque le patient est encore dans l’impossibilité de bouger. L’intérêt est double : limiter la perte musculaire, et diminuer le temps de rééducation.

L’électrostimulation ne remplace pas les exercices de renforcement musculaire ; elle intervient en complément, pour accélérer le processus.

Les questions que vous vous posez

Vous avez une question ?

Appelez un institut IK