Prenez RDV sur Prenez RDV sur

Suivre IK sur les Réseaux Sociaux

Vos Guides

d’Institut de Kiné Paris

Réhabilitation

Réhabilitation

E-book pour vous guider dans le processus de réhabilitation de la cheville, du pied et des orteils en utilisant un langage simple et compréhensible

Sport et alimentation

Sport et alimentation

2ème partie du livre : l’alimentation des sportifs : conseils en nutrition pour atteindre vos objectifs de performance, tout en préservant votre santé.

L’alimentation des sportifs

L’alimentation des sportifs

La diététique pour le sport : du coureur à pied au pratiquant de cross-fit, utile pour tous !

Le guide kiné arthrose

Le guide kiné arthrose

Guide pratique contre l’arthrose : des exercices et conseils pour prévenir et soulager l’arthrose. Utile pour tous ceux qui en ont besoin.

Douleur de la fesse

Les douleurs de la fesse sont fréquentes, et peuvent correspondre à plusieurs pathologies ; les tendinites, les douleurs d’origine musculaire et la compression du nerf sciatique sont parmi les plus courantes.

Douleur de la fesse | Institut de kinésithérapie - Paris

Généralités

Les fesses sont constituées de trois muscles : le petit, le moyen et le grand fessier. Ces muscles sont reliés au fémur et au bassin, qui forment l’articulation de la hanche. En langage médical, les douleurs fessières sont appelées fessalgies ; relativement courantes, ces douleurs sont généralement d’origine musculaire, osseuse ou névralgique.


Quelques chiffres et faits sur les douleurs de la fesse

  • Il est difficile d’obtenir des chiffres sur les douleurs fessières, tant les pathologies en cause sont potentiellement nombreuses
  • Dans certains cas, ces douleurs viennent en réalité du dos, à cause d’une hernie discale ou d’une autre anomalie responsable de la compression du nerf sciatique

Augmentez votre mobilité

Pourquoi ai-je mal à la fesse ?

Parmi les pathologies les plus fréquentes responsables de douleurs aux fesses, on peut mentionner :

  • L’arthrose de la hanche
  • L’arthrite (inflammation) de la hanche
  • La tendinite du moyen fessier
  • La bursite trochantérienne (bursite de la hanche)
  • La sciatique, causée par une hernie discale ou une arthrose vertébrale
  • Les élongations ou déchirures des muscles fessiers
  • La fracture ou fracture de fatigue du bassin, du sacrum ou du coccyx

Dans certains cas, ces douleurs ne viennent pas de l’appareil locomoteur mais d’une pathologie ano-rectale (abcès, hémorroïdes…). Les personnes qui souffrent de lombalgie (douleur dans le bas du dos) constatent parfois une irradiation de leur douleur jusque dans la fesse.

On peut aussi évoquer le syndrome du piriforme, parfois appelé “sciatique tronquée”. Ce syndrome correspond à une compression du muscle piriforme, ou muscle pyramidal du bassin, qui entraîne une irritation du nerf sciatique.

Hormis les traumatismes et les pathologies viscérales, la plupart de ces troubles sont favorisés par :

  • Des microtraumatismes répétés au niveau de la hanche
  • Un surmenage sportif, ou la modification brutale des habitudes d’entraînement
  • Une inégalité de longueur des jambes
  • Un déséquilibre musculaire au niveau du bassin ou des cuisses
  • Des anomalies anatomiques du bassin

Tous ces facteurs de risque sont évalués lors du diagnostic.

Quels sont les symptômes d’une douleur à la fesse ?

D’une pathologie à l’autre, la localisation exacte de la douleur et ses caractéristiques peuvent varier.

Si la douleur est d’origine nerveuse (névralgie sciatique) elle irradie à l’arrière de la cuisse, parfois dans la jambe et jusqu’au pied. Elle s’accompagne de fourmillements, d’un engourdissement et d’une sensation de brûlure.

En cas de tendinite du moyen fessier, tous les mouvements qui impliquent une mise en tension du tendon peuvent entraîner des douleurs : cela va de la simple marche aux montées et descentes d’escalier, sans oublier bien sûr la course à pied, qui devient difficile voire impossible.

Quant aux fractures, elles se manifestent par une douleur vive au niveau de la fesse ou de la hanche ainsi qu’une impotence fonctionnelle partielle ou totale. Les fractures du bassin sont généralement graves, associées à des complications vasculaires, urinaires ou neurologiques importantes.

Dans cette zone du corps, il faut aussi savoir que les fractures de fatigue sont fréquentes, surtout chez les sportifs. Moins brutales qu’une fracture classique, elles peuvent passer inaperçues pendant un certain temps. Les fractures de fatigue se manifestent par des douleurs fessières plus ou moins fortes, qui apparaissent uniquement pendant l’activité physique.

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie ?

La durée et les modalités de votre rééducation dépendent de la cause de votre douleur, identifiée lors du diagnostic.

Les massages des muscles fessiers, ainsi que les techniques de physiothérapie antalgique (cryothérapie, ondes de choc) sont très utilisées pour soulager les douleurs d’origine musculaire ou tendineuse. Il s’agit là de la partie symptomatique du traitement ; l’objectif de la kinésithérapie est aussi et surtout d’intervenir sur les causes, et de prévenir les récidives de la pathologie.

C’est pourquoi une grande partie de cette prise en charge est consacrée à des exercices de renforcement musculaire, à la réadaptation sportive, à la correction de la posture, sans oublier l’éducation thérapeutique.

En cas de fracture du bassin ou du sacrum, la kinésithérapie est indispensable ; cette prise en charge est longue (plusieurs mois) et divisée en deux phases : avant et après la consolidation de la fracture.

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux des douleurs de la fesse ?

En dehors du cas particulier des fractures graves, la plupart des douleurs fessières peuvent être traitées sans recours à la chirurgie.

En général, le traitement de ces pathologies associe :

  • Une indispensable mise au repos des muscles et des tendons, c’est-à-dire un arrêt des activités sportives
  • Un traitement médicamenteux pour soulager la douleur à court terme (antalgiques, anti-inflammatoires)
  • Une rééducation chez un kinésithérapeute

En cas de sciatique ou de syndrome du piriforme, lorsque les douleurs sont particulièrement fortes, des infiltrations de corticoïdes peuvent être réalisées.

Si votre problème est lié à un trouble digestif chronique entraînant des symptômes ano-rectaux, une rééducation peut être proposée. Elle est effectuée chez un kinésithérapeute spécialisé, qui utilise des techniques et du matériel spécifiques. Cette prise en charge est complétée par des mesures d’hygiène de vie et d’alimentation, visant la régularité du transit intestinal.

La chirurgie est rarement indiquée en cas de fessalgie ; on la réserve aux lésions graves (fractures) ainsi qu’aux douleurs rebelles, handicapantes, et qui résistent aux traitements de première intention.

Diagnostic et examens complémentaires

L’examen clinique, réalisé par le médecin lors de la première consultation, constitue la base du diagnostic. Cette évaluation est complétée par une série de questions sur les activités du patient, ses symptômes, et les circonstances d’apparition de la douleur.

A l’issue de la consultation, le médecin peut déjà se faire une idée de l’origine des douleurs ; cependant, des examens sont souvent nécessaires pour la confirmer, et pour observer les lésions. En général, des radiographies du bassin sont effectuées, parfois complétées par une IRM ou une échographie.

Laissez votre commentaire

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide