Prenez RDV sur Prenez RDV sur

Suivre IK sur les Réseaux Sociaux

Vos Guides

d’Institut de Kiné Paris

Réhabilitation

Réhabilitation

E-book pour vous guider dans le processus de réhabilitation de la cheville, du pied et des orteils en utilisant un langage simple et compréhensible

Sport et alimentation

Sport et alimentation

2ème partie du livre : l’alimentation des sportifs : conseils en nutrition pour atteindre vos objectifs de performance, tout en préservant votre santé.

L’alimentation des sportifs

L’alimentation des sportifs

La diététique pour le sport : du coureur à pied au pratiquant de cross-fit, utile pour tous !

Le guide kiné arthrose

Le guide kiné arthrose

Guide pratique contre l’arthrose : des exercices et conseils pour prévenir et soulager l’arthrose. Utile pour tous ceux qui en ont besoin.

Instabilité de la hanche

Relativement fréquente chez le nourrisson, l’instabilité de hanche l’est moins chez l’adulte, chez qui elle entraîne un certain nombre de problématiques : en particulier des douleurs, et un risque accru d’arthrose précoce.

Instabilité de la hanche | Institut de kinésithérapie - Paris

Généralités

En jargon médical, on parle de dysplasie de la hanche pour désigner tout un ensemble de malformations de l’articulation de la hanche, responsables de sa laxité, voire de sa luxation. C’est une problématique congénitale, liée à un mauvais développement de la hanche lors du développement du fœtus. Cette anomalie est généralement dépistée et traitée à la naissance; mais il arrive qu’elle soit découverte seulement à l’âge adulte.


Quelques chiffres et faits sur l’instabilité de la hanche

  • L’instabilité congénitale de la hanche concerne entre 6 et 20 enfants sur 1000 à la naissance
  • Chez les nourrissons, cette pathologie concerne 4 à 5 fois plus de filles que de garçons
  • Elle est généralement traitée aussi tôt que possible pour éviter les symptômes
  • Le principal risque en cas de dysplasie de hanche est l’apparition de l’arthrose : en effet, la prévalence de l’arthrose de la hanche dans cette population peut atteindre 20 à 50% avant l’âge de 50 ans

Augmentez votre mobilité

Pourquoi ai-je une instabilité de la hanche ?

L’instabilité de hanche est souvent d’origine génétique ; les nouveaux-nés dont les membres de la famille ont été atteints font donc l’objet d’une surveillance accrue.

Il existe aussi des facteurs de risque liés aux circonstances de l’accouchement, notamment :

  • La présentation du bébé par le siège, qui induit une position de flexion des hanches combinée à une flexion des genoux
  • Un faible volume de l’utérus et/ou une faible quantité de liquide amniotique
  • Les grossesses gémellaires
  • Les grossesses multiples

Pour prévenir au mieux la dysplasie, les bébés concernés par un ou plusieurs de ces facteurs de risque sont examinés aussi tôt que possible.

Quels sont les symptômes de l’instabilité de la hanche ?

Chez le nourrisson, les signes d’une instabilité de la hanche sont parfois difficiles à observer ; l’examen clinique du médecin, complété par une échographie, sont nécessaires pour la dépister.

Chez l’enfant plus âgé, la boiterie ou la marche sur les orteils sont des symptômes évocateurs. L’enfant peut aussi souffrir d’une anomalie de courbure de la colonne vertébrale, qui diffère d’une scoliose.

A l’âge adulte, les symptômes d’une dysplasie de hanche ne sont pas spécifiques ; le problème est généralement découvert de manière fortuite, chez des patients qui se plaignent de douleurs mécaniques, ou qui passent une radiographie pour une autre pathologie.

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie ?

Chez le nouveau-né souffrant de luxation congénitale de la hanche, le suivi en kinésithérapie pédiatrique est indispensable. Cette rééducation poursuit trois objectifs :

  • La diminution des douleurs
  • L’amélioration de la stabilité de l’articulation
  • L’augmentation de la flexibilité de l’articulation

Cela en passe par des mobilisations et exercices spécifiques, adaptés à l’âge et aux capacités du nourrisson. Pour les enfants plus grands, en âge de marcher, la rééducation comprend tout un travail d’aide à la marche et à la position debout : exercices de coordination, reprogrammation neuro-musculaire, stabilité bipodale…

Le rôle du kinésithérapeute est aussi de conseiller les parents sur les bons réflexes à adopter pour prévenir les malformations.

Chez l’adulte, la dysplasie de la hanche fait généralement l’objet d’un traitement chirurgical ; elle est donc également suivie d’une rééducation. Celle-ci comporte des exercices musculaires et articulaires, et doit permettre une réduction des contraintes exercées sur la hanche, afin de prévenir les douleurs et l’arthrose.

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux de l’instabilité de la hanche ?

Pour les nouveaux-nés, le traitement de la luxation congénitale de la hanche se fait en deux temps :

  • La réduction (qui consiste à repositionner le fémur correctement dans le cotyle)
  • La stabilisation, qui se fait sur plusieurs mois grâce à un lange Câlin, un harnais de Pavlik ou une culotte d’abduction

Tout est fait pour éviter le traitement chirurgical, qui est suivi du port d’un plâtre volumineux pendant plusieurs mois, entraînant une gêne à la fois locomotrice, hygiénique et psychologique.

Pour les adultes, les médicaments contre la douleur peuvent apporter un soulagement temporaire, mais ils ne règlent pas le problème de fond. Les anomalies anatomiques de la hanche sont donc traitées par chirurgie, avec deux options possibles :

  • Un traitement conservateur, qui consiste à corriger les défauts architecturaux de l’articulation
  • Un traitement prothétique, qui consiste à remplacer la hanche par une prothèse

La prothèse de hanche est généralement réservée aux patients de plus de 50 ans, qui sont moins actifs que les plus jeunes. En effet, une activité importante entraîne un risque accru de descellement.

Diagnostic et examens complémentaires

Chez le nourrisson, un examen clinique rigoureux a lieu dès la naissance, avec des manœuvres spécifiques effectuées par le médecin. Celui-ci recherche notamment :

  • Une inégalité de longueur des jambes
  • Un bruit caractéristique lors de l’ouverture et de la fermeture des jambes
  • Une difficulté voire une incapacité à tourner la cuisse vers l’extérieur

Si l’enfant est en âge de marcher, une boiterie sera recherchée. L’examen clinique est généralement complétée par une échographie, qui permet de confirmer le diagnostic et peut être effectuée dès l’âge de 2 mois sans risque pour le bébé.

Chez l’adulte, la pathologie est dépistée par radiographie. Cet examen permet d’observer les malformations à l’origine de l’instabilité de la hanche, mais aussi l’arthrose précoce qui en résulte. Les radiographies sont indispensables pour évaluer la sévérité de la dysplasie, et déterminer le choix du traitement.

Laissez votre commentaire

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide