Prenez RDV sur Prenez RDV sur

Suivre IK sur les Réseaux Sociaux

Vos Guides

d’Institut de Kiné Paris

Réhabilitation

Réhabilitation

E-book pour vous guider dans le processus de réhabilitation de la cheville, du pied et des orteils en utilisant un langage simple et compréhensible

Sport et alimentation

Sport et alimentation

2ème partie du livre : l’alimentation des sportifs : conseils en nutrition pour atteindre vos objectifs de performance, tout en préservant votre santé.

L’alimentation des sportifs

L’alimentation des sportifs

La diététique pour le sport : du coureur à pied au pratiquant de cross-fit, utile pour tous !

Le guide kiné arthrose

Le guide kiné arthrose

Guide pratique contre l’arthrose : des exercices et conseils pour prévenir et soulager l’arthrose. Utile pour tous ceux qui en ont besoin.

Douleur myofasciale

Le syndrome de douleur myofasciale, parfois abrégé SDM, est une douleur musculosquelettique locale et référée, perçue comme étant profonde et constante. Il se caractérise par des points de déclenchement qu’on appelle trigger points, dans n’importe quelle partie du corps.

Douleur myofasciale | Institut de kinésithérapie - Paris

Généralités

Les trigger points (point gâchette/déclenchement en français) sont des nœuds musculaires, responsables de dysfonctions du mouvement et du syndrome myofascial. Ces nœuds se situent au niveau de la plaque motrice d’un muscle, c’est-à-dire le lieu qui assure la transmission entre le nerf et le muscle.

Tous les muscles du corps peuvent présenter des trigger points ; ceux-ci peuvent être responsables d’une grande variété de maux : céphalées, cervicalgies, lombalgies, douleurs pelviennes ou encore un mal de dos… Sans traitement adéquat par un kinésithérapeute, cela peut déboucher sur des douleurs chroniques délétères pour la qualité de vie.


Quelques chiffres et faits sur les triggers points et les douleurs myofasciales : 

  • Il existe deux types de trigger point : le trigger point actif, qui provoque spontanément une douleur profonde sans qu’il soit nécessaire de le toucher ; et le trigger point passif, qui provoque une douleur seulement à la palpation
  • Il est difficile de donner des chiffres sur l’incidence du syndrome myofascial, car il est associé à des pathologies nombreuses et variées (voir plus haut)

Je fais mon bilan kiné aujourd’hui

Pourquoi ai-je une douleur myofasciale ?

Les douleurs myofasciales apparaissent aussi bien chez les personnes sédentaires que chez les sportifs. Une mauvaise posture, ou sur-utilisation des muscles, sont souvent à l’origine de l’apparition de ces nœuds musculaires. C’est dire à quel point ils sont fréquents !

En effet, les muscles nous permettent non seulement de bouger, mais aussi de tenir des positions fixes durant des heures (par exemple, lorsque l’on est debout, ou que l’on travaille devant son ordinateur). Qu’on le sente ou non, les muscles sont en constante activité tout au long de notre journée ; si ce n’était pas le cas, nous nous écroulerions.

C’est pourquoi, à long terme, une mauvaise posture peut créer des trigger points et des modifications morphologiques. L’origine du trigger point réside dans une surutilisation du muscle, lorsque sa contraction dépasse de 30% à 50% de son effort maximal. Cela peut faire suite à un stress mécanique, mais aussi psychologique.

Quels sont les symptômes de la douleur myofasciale ?

Les personnes sujettes aux trigger points ressentent généralement :

  • Une douleur très aigue et très localisée au niveau du trigger point
  • Une douleur référée moins localisée, à distance du trigger point

La douleur référée est généralement perçue à l’étirement.

Comment se déroulent les séances de KINÉSITHÉRAPIE ?

La kinésithérapie est indispensable pour le traitement du syndrome de douleur myofasciale. Elle propose tout un ensemble de techniques invasives et non invasives pour le soulager.

D’abord, le dry needling, qui permet une destruction rapide du nœud musculaire : le kinésithérapie insère une aiguille (en sous-cutané) au niveau du trigger point, et vient détruire le nœud par petits à-coups. Cette technique ne nécessite pas d’anesthésie locale, mais elle peut être douloureuse.

La compression ischémique est une autre technique couramment employée dans le cadre du SDM. Il s’agit d’une technique de massage qui provoque une destruction par hypoxie (manque d’oxygène) d’une partie de la fibre musculaire, avec un regain d’afflux sanguin. La compression ischémique peut provoquer une douleur en début de massage. Le kinésithérapeute masse de façon répétitive, jusqu’à disparition de la douleur à la palpation.

Parmi les autres techniques de massage utilisées pour le traitement du SDM, on peut citer aussi le massage de libération par pression, une technique sous-douloureuse qui s’apparente à la compression ischémique ; et le massage transversal profond, plus douloureux, qui s’effectue perpendiculairement aux fibres musculaires.

Enfin, le Stretch and Spray consiste à alterner entre l’étirement du muscle, et la vaporisation de froid sur la musculature. Cette technique est particulièrement recommandée pour les enfants.

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux du syndrome de douleur myofasciale ?

Le traitement du SDM est essentiellement kinésithérapique. Il est divisé en deux temps :

  • Un premier temps consacré à la réduction de la douleur en éliminant le nœud musculaire
  • Un deuxième temps dédié à la rééducation fonctionnelle et posturale, afin d’éviter toute récidive

Le patient peut lui-même prendre en charge une partie du traitement, en surveillant sa posture et la sollicitation de ses muscles. Des étirements réguliers sont également conseillés. La correction des habitudes de vie est importante ; celles-ci doivent intégrer des exercices physiques permettant :

  • Une meilleure synergie musculaire
  • Une correction posturale durable
  • Un meilleur mouvement, dans la limite des capacités de vos muscles

diagnostic et examens complémentaires

Le diagnostic du syndrome myofascial par un kinésithérapeute se fait par palpation du trigger point. Celle-ci provoque une douleur qui correspond à celle que le patient ressent dans sa vie quotidienne.

La fibre musculaire sur laquelle se trouve le trigger point est tendue ; une stimulation mécanique de celui-ci provoque un « spasme local », c’est-à-dire la sensation que le muscle « saute » entre les doigts. Une douleur à l’étirement est notée, ainsi qu’une réduction de l’amplitude de mouvement. A terme, ces lésions musculaires peuvent provoquer une faiblesse musculaire.

Des examens d’imagerie peuvent être réalisés pour identifier un trigger point :

  • Les ultrasons montrent notamment que le trigger point se présente avec une zone hypoéchoègne (zone sombre sur l’échographie)
  • L’échographie Doppler montre quant à elle une diminution du flux sanguin au niveau des trigger points

Laissez votre commentaire

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide