Sport et kinésithérapie

Posté par Institut Kiné Paris

Publié le 22 avril 2024

Modifié le 22 avril 2024

Les ondes de choc en kinésithérapie du sport : pour qui est-ce recommandé ?

Pourquoi faire des ondes de choc ? | Institut de Kinésithérapie | Paris

Dans le domaine de la kinésithérapie du sport, on entend beaucoup parler des ondes de choc et de leurs bienfaits pour toutes sortes de douleurs et blessures. Utilisées depuis plusieurs décennies, les ondes de choc soulagent la douleur de manière efficace et non invasive, permettant aux sportifs de récupérer et guérir plus rapidement.

A qui s’adresse le traitement par ondes de choc en kiné du sport ? Quels sont les bienfaits de cette technique ? Nos réponses dans cet article.

A quoi servent les ondes de choc en kinésithérapie du sport ?

A l’origine, la thérapie par ondes acoustiques extracorporelles à haute intensité nous vient de la médecine urologique. En effet, ces ondes efficaces étaient utilisées dans les années 1980 pour la désintégration des lithiases urinaires et des calculs rénaux. Leur usage s’est peu à peu étendu au traitement des pathologies de l’appareil locomoteur, en particulier les tendinopathies ; d’où leur utilisation en kinésithérapie du sport.

Un tour d’horizon de la recherche sur les ondes de choc montre un nombre important d’études portant sur le traitement des tendinopathies (tendinites, calcifications tendineuses, autres lésions). En effet, grâce à leur action de choc mécanique extracorporel, les ondes de choc créent des micro-lésions au niveau du tendon, qui entraînent une augmentation de la micro-circulation et donc une meilleure cicatrisation. En parallèle, le choc mécanique provoque la libération de substances antalgiques au niveau local, ce qui se traduit par une diminution de la douleur.

Les sportifs sont les premiers concernés par le surmenage des muscles et des tendons. Bien sûr, ce surmenage peut être évité grâce à une préparation adaptée, mais cela n’est pas toujours suffisant ; d’où l’intérêt des ondes de choc pour le traitement de blessures sportives douloureuses comme les épicondylites, la tendinite d’Achille ou encore les tendinopathies rotuliennes.

Les ondes de choc peuvent aussi faciliter la cicatrisation des lésions musculaires, si fréquentes dans le monde du sport. Leur utilisation permet aux sportifs de récupérer plus rapidement qu’en l’absence de traitement, tout en prévenant et traitant la formation de cicatrices fibreuses.

Enfin, une étude récente a mis en évidence l’intérêt des ondes de choc dans le traitement des fractures de contrainte du sportif, qui représentent 10% des lésions en médecine du sport. Ces fractures sont le résultat non pas d’un accident isolé mais d’une répétition de microtraumatismes. Utiliser les ondes de choc pour traiter les fractures de fatigue permet, grâce à leur effet antalgique, de limiter l’utilisation des AINS qui retardent la cicatrisation osseuse.

Pour qui les ondes de choc sont-elles recommandées ?

L’utilisation des ondes de choc n’est pas limitée aux patients ayant une pratique sportive. En effet, ses bienfaits en font un traitement de choix des tendinites et tendinopathies, quelle que soit leur cause et leur localisation. Peuvent donc en bénéficier aussi bien les sportifs que les personnes ayant développé une tendinite dans le cadre de leur activité professionnelle.

Côté kinésithérapie du sport, on recommande souvent les ondes de choc dans les cas suivants :

  • Tendinite d’Achille
  • Tendinopathies rotuliennes
  • Tendinites de l’épaule (coiffe des rotateurs)
  • Épicondylites (“coude du joueur de tennis”, “coude du golfeur”)
  • Traitement des cicatrices fibreuses à la suite d’un accident musculaire
  • Fractures de contrainte (plus connues sous le nom de fractures de fatigue)

Cette liste n’est pas exhaustive. En effet, les ondes de choc sont aussi utilisées avec succès dans le cadre de blessures comme la périostite tibiale et la fasciite plantaire, deux affections inflammatoires fréquentes chez les athlètes. Ainsi, une étude récente sur la fasciite plantaire montre l’efficacité du traitement par ondes de choc, dûe principalement à son action anti-inflammatoire.

Enfin, les ondes de choc ont aussi montré leur efficacité chez les patients atteints d’une capsulite rétractile de l’épaule. Cette pathologie, dont les causes sont difficiles à identifier, pourrait être favorisée par les tendinites, bursites et autres blessures de l’épaule. D’après une revue de la littérature, les ondes de choc sont très efficaces dans le cadre du traitement de la capsulite, car elles permettent une réduction significative des douleurs associée à une amélioration de l’amplitude articulaire.

A noter que les ondes de choc ne s’adressent pas uniquement à une patientèle de sportifs professionnels. Quel que soit votre niveau et quelle que soit la discipline pratiquée, votre kiné du sport peut inclure les ondes de choc à votre programme de rééducation si l’indication le justifie.

Comment se déroule une séance d’onde de choc pour les sportifs ?

Les ondes de choc sont un traitement non invasif, qui consiste à envoyer des ondes à travers la peau au niveau de la zone douloureuse, grâce à une pièce à main maniée par le kinésithérapeute. Le traitement n’implique ni produit chimique, ni insertion d’aucun dispositif sous la peau.

Les séances ont lieu au cabinet de kinésithérapie. Après vous avoir installé, et avoir procédé à l’inspection de la zone douloureuse, le kiné du sport procède au réglage de l’appareil. En effet, la nature des chocs, leur intensité et leur fréquence peuvent être ajustées pour répondre au mieux à votre problématique.

Une fois cela fait, un gel de contact est appliqué sur votre peau pour minimiser les sensations. Les ondes de choc sont ensuite délivrées pendant quelques minutes, la tête de l’appareil étant pointée sur la zone douloureuse.

Les ondes acoustiques entraînant des micro-lésions, il est possible de ressentir des sensations peu agréables ; toutefois, il ne s’agit pas de douleurs fortes, et les sensations s’estompent assez rapidement après la séance.

Le nombre de séances dépend de votre motif de consultation, et de l’évaluation du kiné lors du bilan qui précède tout traitement. En général, il faut compter 3 à 6 séances d’ondes de choc, espacées d’environ 1 semaine.

Sources :

  • Place des ondes de choc (p.680) – Amoretti, Richard, et al. Médecine du sport. Available from: VitalSource Bookshelf, (6th Edition). Elsevier Health Sciences (US), 2020.
  • Saunier, J., & Chapurlat, R. (2018). Les fractures de contrainte chez le sportif. Revue du Rhumatisme, 85(2), 146-150.
  • Guerraz, M., & Lantigner, F. (2020). Implication des ondes de choc dans la capsulite rétractile de l’épaule.
  • Alépée, B., Kaux, J. F., Colin, G., & PIRET, P. (2021). Place de la radiothérapie dans le traitement de la fasciite plantaire. Revue Médicale de Liège, 76(12).

Article rédigé par IK

IK est un réseau de cabinets de kinésithérapie avec une équipe de praticiens hyper spécialisés pour une prise en charge complète au même endroit.

Laissez votre commentaire

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide